Pier Import: les dirigeants relâchés, la grève continue

TV avec AFP

— 

Les dirigeants de Pier Import, la PDG Sonia Ben Behe et le directeur général, ont passé la nuit au bureau, retenus la nuit au siège de la société à Villepinte, par les salariés et relâchés ce matin.

Les salariés réclament une augmentation de leurs indemnités de licenciement. Le groupe Pier Import a été placé en redressement judiciaire le 2 septembre. 20 magasins et ses 142 salariés ont été repris par le groupe Atmosphères, spécialisé dans la décoration.

En revanche, 25 autres magasins, pour lesquels travaillent environ 140 salariés, ont été placés en liquidation. Les salariés demandent un demi-mois de salaire par année d'ancienneté alors que la direction, conformément à la loi, proposait un mois de salaire pour cinq ans d'ancienneté.

Une réunion est prévue mercredi entre le président du conseil d'administration de Forfinance, actionnaire de référence de Pier Import et les syndicats. En début de matinée, le représentant de la CGT Fabrice Ménard avait indiqué que les salariés voulaient prouver leur "bonne foi" en relâchant les dirigeants afin que le "rendez-vous" de mercredi puisse "porter ses fruits".

"Par contre, on continue la grève sur les deux jours dans les 25 magasins. Si demain, ça se passe mal, on repartira dans une action, qu'on ne veut pas dévoiler aujourd'hui" a-t-il dit. "Il a intérêt à venir", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a regretté mardi matin sur LCI la violence du geste des salariés à l'égard des dirigeants du groupe, en rappelant toutefois que le "devoir" du gouvernement est de "veiller" à ce qu'une "solution d'avenir" soit apportée à chaque salarié dans le ca