Les anciens patrons d'AIG vont recevoir 450 millions de dollars

— 

L'assureur américain AIG va verser cette année 450 millions de dollars de primes aux responsables de ses activités financières, ceux-là même qui furent à l'orgine de ses

pertes historiques de 99,3 milliards de dollars
l'an dernier, affirme dimanche le Wall Street Journal, amplifiant les informations de plusieurs autres médias, dont le New York Times. Ces bonus sont destinés aux cadres de la filiale londonienne AIG Financial Products, qui ont provoqué la chute, puis la nationalisation de l'ancien numéro un mondial de l'assurance, en ayant souscrit des contrats protégeant les investisseurs contre le risque de non-remboursement d'investissements à risque. Une partie de ces primes devait être versée dès ce dimanche et suscitent un début de polémique aux Etats-Unis.

Le secrétaire au Trésor Timothy Geithner a écrit au président d'AIG Edward Liddy, mis en place par le gouvernement en septembre après la quasi-faillite du groupe, pour se plaindre de cette situation, ajoute le New York Times. Edward Liddy, tout en reconnaissant que le versement de ces primes était "de mauvais goût et difficile à recommander", a souligné qu'il lui fallait aller de l'avant pour des raisons légales. L'intervention ministérielle a toutefois permis de réduire le montant des primes qui seront versées cette année. Certains des bonus versés ne dépassent pas 1.000 dollars mais sept responsables d'AIG Financial Product devraient recevoir plus de 3 millions de dollars de primes, selon le quotidien new-yorkais.

Le principal conseiller économique de la Maison Blanche, Lawrence Summers, a qualifié de "scandaleuse" la conduite d'AIG, sur la chaîne de télévision ABC. "Beaucoup de choses terribles se sont passées au cours des 18 derniers mois, mais ce qui s'est passé chez AIG est le plus scandaleux" a-t-il dit. "Nous sommes un pays où la loi prévaut. Il y a des contrats. Le gouvernement ne peut pas tout simplement les annuler", a-t-il toutefois reconnu, ajoutant que Tim Geithner entreprenait "toutes les actions légales possibles pour limiter ces bonus".

Au total, en incluant les primes versées aux cadres des autres activités du groupe (en général elles rentables) au titre de 2008 et 2009, AIG devrait débourser cette année 1,2 milliard de dollars de rémunérations variables. Les pouvoirs publics ont dû

mobiliser plus de 170 milliards
de dollars pour éviter une faillite du groupe, qui aurait pu avoir des répercussions en cascade sur l'ensemble de la finance mondiale.