Les sénateurs américains inquiets de l'état des finances publiques

EM avec AFP

— 

Barack Obama a présenté lundi son projet de budget pour l'exercice 2011. Au programme: la lutte contre le chômage et les déficits publics. Le président des Etats-Unis veut les diviser par deux d'ici 2013.

"Nous ne pouvons pas continuer à emprunter sur l'avenir de nos enfants, ou permettre à des intérêts particuliers de déterminer comment les dollars de l'Etat sont dépensés", a-t-il affirmé dans son introduction à la présentation du projet au Congrès.

Déficit et dette records

Après un record de 1,556 milliards de dollars (10,6% du PIB), Washington veut le ramener à 1,267 milliards l'année prochaine (8,3% du PIB).

Au niveau de la dette, les sénateurs américains ont à nouveau relavé son plafond la semaine dernière de 12,374 à 14,294 milliards de dollars, soit une hausse d'environ 1,900 milliards. La Chambre des représentants doit encore se prononcer sur cette mesure.

Dans ce contexte, le projet de Barack Obama a suscité des réactions mitigées de la part des élus de la commission Budget du Sénat.

Budget qui "ne résoudra rien"

Le sénateur républicain Judd Gregg a estimé dans un communiqué qu'après "un an de pouvoir (des démocrates) qui nous a mis sur la voie d'un doublement de la dette en 2013, le président devrait avoir un plan plus ferme pour contrer la crise budgétaire, car ce budget ne résoudra rien".

Selon M. Gregg, le budget présenté "prétend être responsable, mais contient davantage de dépenses, plus d'emprunts et plus d'impôts".

Barack Obama a bien annoncé un gel des dépenses sur trois ans, mais hors programmes sociaux et questions de sécurités, Elles devraient donc encore augmenter de 3% pour l'exercice à venir.

Problème de la dette

Le président de la commission du Budget du Sénat, le démocrate Kent Conrad a quant à lui salué la proposition de la Maison Blanche de mettre en place une commission bipartite pour examiner les moyens de parvenir à terme à un budget équilibré, hors remboursement de la dette.

"A long terme, nous devons commencer à nous préoccuper de la maîtrise de la dette", a écrit M. Conrad dans un communiqué.

Le Sénat avait rejeté la semaine dernière un amendement visant à créer un tel groupe de travail.