Bâtir "le nouvel Haïti"

AFP

— 

Les "pays amis" d'Haïti tiennent, lundi 25 janvier, à Montréal une réunion d'urgence pour se concerter tant sur leur aide immédiate au pays dévasté que sur un programme de reconstruction qui devrait donner naissance à un "nouvel Haïti".

L'expression est du Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive qui participera aux travaux aux côtés de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, du chef de la diplomatie française Bernard Kouchner et de représentants de l'Espagne, du Japon et de plusieurs pays latino-américains.

Ottawa souhaite que cette rencontre de quelques heures permette de fixer le lieu et la date de la conférence des donateurs qui doit se tenir dans les semaines à venir.

Lundi matin, les participants - dont les Etats-Unis, la France, l'Espagne, le Brésil, les Nations unies et l'Organisation des Etats américains - vont d'abord "comparer leurs notes" pour faire le bilan de la situation. Celle-ci est marquée par l'arrêt des opérations de recherche de survivants, alors que le bilan s'établit désormais à 150.000 morts, et que des centaines de milliers de sans-abri manquent d'eau et de nourriture, malgré l'arrivée massive de l'aide internationale.

Puis les ministres chercheront à esquisser une vision d'avenir.

"On ne va pas reconstruire Haïti à l'identique. Il faut traiter les problèmes structurels. Ce ne sera pas un exercice seulement financier, on parlera de gouvernance et de coopération régionale", selon une source diplomatique française. A quelques heures de la réunion, l'organisation humanitaire Oxfam a appelé les participants à s'entendre sur un effacement de la dette internationale d'Haïti qui s'élève à 890 millions de dollars (630 millions d'euros).