Berlin menace d'une expulsion de la zone euro

EM avec AFP

— 

Face à la crise budgétaire grecque, l'Allemagne se montre très sévère depuis plusieurs semaines.

Après avoir affirmé que le gouvernement ne verserait pas un cent à la Grèce, Berlin a brandi lundi la menace d'une expulsion de la zone euro.

Expulsion

"Nous avons besoin de règles plus strictes, ce qui veut dire, en ultime recours, avoir la possibilité de retirer de la zone euro un pays qui ne parvient pas à remettre de l'ordre dans ses finances", a ainsi déclaré le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble dans une interview au journal Bild Zeitung.

"Cette perspective à elle seule assure une toute autre discipline", ajoute-t-il alors que la Banque centrale européenne avait exclu toute hypothèse d'une sortie de la zone euro.

Les propos de Wolfgang Schäuble interviennent alors que les ministres des Finances européens se rencontrent ce lundi à Bruxelles pour préciser un éventuel plan de soutien à la Grèce, en engluée dans une crise sans précédent.

Fonds monétaire européen

L'Allemagne est hostile à toute aide financière européenne. Elle milite plutôt pour la création d'un Fonds monétaires européen (FME) pour pallier aux insuffisances des règles budgétaires mises en place par le Pacte de stabilité et de croissance.

"Nous avons besoin du FME parce qu'il nous faut des règles plus contraignantes. Le Pacte de stabilité ne suffit pas. A l'époque (où il a été adopté), personne n'envisageait qu'un pays de la zone euro puisse faire faillite", a ainsi affirmé le ministre allemand des Finances.

Mais pour certains pays, dont la France, la création d'un tel Fonds pour aider les pays en difficulté n'est pour l'instant pas une priorité.

Dans un entretien au Financial Times publié ce lundi, Christine Lagarde a réaffirmé que la Grèce devait pour l'instant respecter les mesures d'austérité proposées, faire preuve "d'un peu de créativité et d'innovation" et utiliser les règles européennes en vigueur pour renforcer sa discipline budgétaire.

Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, a lui aussi estimé lundi lors d'une conférence de presse à Madrid que la création d'un FME n'était pas prioritaire à court terme pour la zone euro.