La Clio restera produite en partie en France

E.M. avec AFP

— 

Convoqué en urgence à l'Elysée samedi 16 janvier, le PDG de Renault Carlos Ghosn a assuré à Nicolas Sarkozy que la production de la future Clio serait en partie confiée à l'usine de Flins (Yvelines) et non entièrement délocalisée en Turquie comme le craignait le gouvernement.

Le président de la République a reçu le patron du constructeur après une semaine de polémique autour du projet prêté à Renault de faire assembler la Clio 4 dans son usine turque de Bursa, à partir de 2013.

Engagements de Renault

M. Sarkozy avait lui-même vivement critiqué cette hypothèse: "nous ne mettons pas tant d'argent pour soutenir nos constructeurs pour que la totalité des usines s'en aillent à l'extérieur", avait-il affirmé devant les parlementaires.

L'Elysée a indiqué dans un communiqué que M. Ghosn s'était engagé à maintenir l'emploi du site de Flins et a précisé qu'"une partie de la production de la Clio 4" y serait assurée. Aucune préscision sur la durée ou sur le volume n'a cependant été évoquée.

"Carlos Ghosn a indiqué au chef de l'Etat que Renault maintiendra l'emploi et l'activité du site et y continuera la production de véhicules à combustion tout en développant la production de véhicules électriques", a précisé la présidence.

M. Ghosn a "confirmé au Président de la République que nous produirons la Clio 4 à Flins, dans un cadre général de double sourcing avec Bursa en Turquie", a-t-il expliqué dans un communiqué.

Usine de Flins

Egalement présent à la réunion, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi, a précisé sur France 5 que la Clio 4 "sera produite sur un certain nombre de sites progressivement, mais prioritairement pour répondre au volume nécessaire aux besoins français et à une grande partie du volume européen sur le site de Flins".

Le communiqué de l'Elysée souligne d'autre part que le soutien de l'Etat au projet de Renault de faire de Flins "une grande plate-forme européenne du véhicule" électrique", se traduisait notamment par 170 millions d'euros de prêts. Renault entamera à Flins en septembre 2011 la fabrication de la Zoe, modèle principal de sa future gamme de quatre voitures électriques.

M. Ghosn avait déclaré début novembre que l'assemblage des Clio y serait maintenu "jusqu'au moment où la voiture électrique et les batteries prendront complètement le relais".

"C'est une très bonne nouvelle que Renault ait entendu la volonté populaire exprimée par le président de la République", s'est félicité Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP. De son côté, le PS a estimé que cette réunion n'avait accouché que "d'annonces vagues".

La Commission européenne s'était inquiétée la semaine dernière de la pression exercée par le gouvernement français sur Renault. M. Estrosi avait alors répondu que c'était en tant qu'actionnaire principal, à 15%, que l'Etat entendait avoir son mot à dire dans la stratégie de l'entreprise.