Royaume-Uni: la taxe sur les bonus va rapporter plus que prévu

EM

— 

La taxe exceptionnelle du gouvernement britannique sur les bonus bancaires devrait rapporter 2,5 milliards de livres (2,75 milliards d'euros), soit bien plus que prévu, selon le Financial Times.

Le quotidien a calculé cette estimation à partir de données officielles, ou officieuses, sur les 16 plus grandes banques installées au Royaume-Uni, britanniques ou étrangères.

50% des bonus

Instaurée en décembre 2009, la taxe oblige les institutions bancaires installées au Royaume-Uni à payer 50% du montant des primes versées jusqu'au 5 avril à leurs employés, au-delà d'un plafond de 25.000 livres (environ 27.500 euros).

Le ministre des Finances Alistair Darling avait indiqué, en annonçant début décembre la création de cette taxe sur les bonus, que le gouvernement tablait sur 550 millions de livres de recettes, soit plus de 600 millions d'euros.

Au début du mois de janvier, l'un des membres du Trésor britannique déclarait au Financial Times qu'il ne s'attendait “pas à récolter plus de 2 milliards livres".

Paradoxe de la taxe

Ce sera finalement 2,5 milliards de livres, un montant très en-dessous cependant des 4 milliards de livres évoqués il y a quelques mois par certains analystes de la City.

Ces rentrées plus élevées sont paradoxales. Elles sont à la fois bienvenues pour les finances publiques du gouvernement britannique mais soulignent en même temps la relative inefficacité de la taxe.

Son objectif était en effet de diminuer le montant des bonus bancaires. Mais force est de constater que les banques ont souvent préféré payer leur dû au fisc plutôt que de diminuer leurs primes.