Internet: les Français de plus en plus nomades

Thibaud Vadjoux

— 

Se connecter à Internet avec son téléphone mobile ou téléphoner avec son ordinateur portable? C'est l'enjeu à venir de l'usage nomade de d'Internet et de la convergence des médias.

D'un côté, la téléphonie par Internet explose grâce aux "box" et au haut débit. Selon la 8e enquête de l'Arcep (l'autorité de régulation des communications électroniques et des postes) sur la diffusion des nouvelles technologies de l'information dans la société française, près de 40% des français utilisent les boîtiers ADSL (Freebox, Alice, Orange…) pour téléphoner, l'une des trois fonctions de ces offres triple play (téléphone, Internet, télévision). Cette proportion s'élève au-dessus de 50% pour les jeunes de 25 à 39 ans.

En outre, le nomadisme sur Internet se développe avec les "netbook", ces micros ordinateurs portables qui, comme leurs noms l'indiquent, ne sont pas plus gros qu'un livre. 28% des français sont équipés d'un ordinateur portable et 41% d'entre eux possèdent déjà un PC. Le multi-équipement progresse fortement.

Le modèle des "smartphones", pas encore au point

De l'autre côté, les téléphones deviennent des plateformes pour surfer sur Internet. Parmi les "smartphones", le I-phone de Apple donc l'accès à internet est le fonds de commerce. Mais cela reste un luxe qui ne se démocratise pas autant que les offres "triple play". Pas encore. 6% des possesseurs de téléphone mobile l'utilisent pour naviguer sur Internet. "Leur utilisation est très limitée à un marché de niche. Seuls certains étudiants, cadres supérieurs et technophiles s'y intéressent. Le modèle se cherche encore", analyse Pascal Faure, vice-président du CGTI, Conseil général des technologies de l'Information.

Globalement, "le téléphone est encore essentiellement dédié à la voix et aux SMS, Internet et la télévision sur le téléphone mobile ne décollent pas", constate l'Arcep. Seuls 2% des français regardent la télévision sur leur mobile.

Le commerce en ligne gagne du terrain

Par ailleurs, l'Internet réserve des développements importants dans le commerce en ligne. 38% des français ont déjà réalisé un achat en ligne au cours des 12 mois. La majorité des internautes (56%) ont le sentiment d'avoir fait des économies grâce à internet. Un argument qui coïncide avec les dernières statistiques de ventes en ligne. Au troisième trimestre, les achats en ligne ont progressé de 27% (31% au deuxième trimestre) alors que le reste de la distribution accuse les effets de la crise. "Il existe un gisement de croissance important dans les sites de commerce en ligne. Les utilisateurs ont des attentes importantes, notamment pour améliorer leur pouvoir d'achat. Les entreprises qui prendront la vague, auront un avantage compétitif certain", commente Pascal Faure.