Heuliez: BKC jette l'éponge, un investisseur turc à la rescousse

— 

Louis Petiet, repreneur désigné de l'équipementier et constructeur automobile Heuliez, a annoncé lundi qu'il acceptait de céder la place à

l'investisseur turc
Alphan Manas, comme l'avait souhaité le ministre de l'Industrie Christian Estrosi.

La holding Krief Group, dirigée par M. Petiet, a donné son accord pour "permettre à ce nouvel entrant de détenir une très large majorité des différentes sociétés du Groupe Heuliez, se réservant la possibilité de garder une faible minorité", a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Le tribunal de commerce de Niort avait désigné cet été une filiale de Krief Group, BKC, pour reprendre Heuliez, en difficulté. Mais BKC s'est révélé incapable d'apporter en numéraire les 15 millions d'euros promis au constructeur et équipementier automobile. Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi avait alors appelé M. Petiet à se retirer pour permettre l'arrivée d'un autre repreneur. Il a annoncé la semaine dernière être en discussions avec un investisseur turc, Alphan Manas, capable d'injecter 20 millions d'euros pour sauver du dépôt de bilan Heuliez qui emploie près de 600 personnes.

10 jours pour Alphan Manas

M. Manas, qui dirige le fonds d'investissement Brightwell, a une dizaine de jours pour se prononcer sur son entrée effective au capital d'Heuliez. "C'est une très bonne nouvelle, je remercie Louis Petiet d'être raisonnable", a réagi M. Estrosi, en déplacement dans les Yvelines. "C'est une chance pour Heuliez de relever le défi de la voiture électrique. Il faut maintenant veiller que les formalités juridiques soient dénouées sous le contrôle du tribunal de commerce de Niort", a-t-il ajouté.

Le ministère, ainsi que la région Poitou-Charentes dirigée par Ségolène Royal, où est implanté Heuliez, sont très impliqués dans le dossier. La région Poitou-Charentes a ainsi déjà investi 5 millions d'euros, tandis que le Fonds stratégique d'investissement (FSI), créé par l'Etat l'an passé pour prendre des participations dans une entreprise, qui pourrait injecter 10 millions.