Deux coentreprises renforcent la coopération nucléaire entre la France et la Chine

AFP

— 

La filière nucléaire française, présente sur le sol chinois depuis plus de 20 ans, a profité de la visite de M. Fillon pour approfondir ses accords de coopération avec les entreprises chinoises. La France et la Chine prévoient de former ensemble des ingénieurs nucléaires. Les deux pays ont aussi signé une déclaration conjointe dans le domaine du recyclage des combustibles nucléaires, qui pourrait potentiellement ouvrir la voie à la construction d'une usine de retraitement du type de celle de La Hague (Manche).

D'une part, EDF et CGNPC ont reçu l'approbation définitive des autorités chinoises pour créer une

coentreprise
chargée de construire et d'exploiter les deux réacteurs nucléaires EPR en chantier à Taishan (sud du pays). Par cet accord, EDF a souligné qu'il devenait ainsi "pour la première fois investisseur dans la production nucléaire en Chine, marché énergétique en très forte croissance".

D'autre part, le groupe nucléaire Areva a lui aussi créé une coentreprise avec CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Company) portant sur l'ingénierie et le développement de nouvelles centrales nucléaires. Cette société "réalisera les études d’ingénierie" et approvisionnera en composants les réacteurs nucléaires "des nouvelles centrales que CGNPC et Areva auront à construire en Chine", explique Areva.

Cette coentreprise fournira des composants pour des réacteurs de 3e génération (EPR), comme ceux de Taishan, mais aussi pour les réacteurs de 2e génération de type CPR-1000, qui pourraient éventuellement être construits dans les années à venir en Chine. Areva et CGNPC prévoient aussi d'étendre leur coopération au-delà du territoire chinois.

Dans les années 80 et 90, EDF et Framatome (aujourd'hui Areva) ont participé à la construction de 6 des 11 réacteurs nucléaires chinois actuellement en activité. EDF et Areva participent actuellement à la construction de deux réacteurs nucléaires à Taishan, réalisé sur le modèle de l'EPR en cours de construction à Flamanville (Manche). Le démarrage du premier réacteur est prévu pour fin 2013. "Les travaux de génie civil ont été lancés" et "6.000 personnes travaillent actuellement sur place", a indiqué Areva lundi.