HSBC: 24.000 fraudeurs fiscaux révélés

TV avec AFP

— 

La filiale helvétique d'HSBC Private Bank (groupe anglais) a reconnu que son informaticien Hervé Falciani a transmis à la France les noms de 24.000 fraudeurs fiscaux. 15.000 d'entre eux sont encore clients de la banque et ont ouvert un compte avant octobre 2006.

Gênée par cette affaire révélée en décembre 2009, la banque avait minimisée l'ampleur de la liste en assurant qu'"à sa connaissance", le vol ne concernait que "moins de 10 clients" .

Fin août, Bercy indiquait déténir une liste de 3.000 contribuables français ayant des comptes non déclarés en Suisse. Cette liste aurait été fournie par Hervé Falciani qui coopérait avec le Fisc depuis l'été 2006. La France assure ne pas avoir payé pour obtenir la liste en question alors que l'Allemagne l'a reconnu publiquement.

Portée limitée selon la banque

HSBC continue de réduire la portée de cette liste. La banque a expliqué que ces chiffres ne portaient que sur "moins d'un cinquième" des clients d'HSBC Private Bank dans le monde. Sans préciser la proportion pour la Suisse ni les montants concernés. Le PDG de la banque, Alexandre Zeller, s'est par ailleurs dit convaincu que ces données "ne permettront pas à des tiers d'avoir accès à des comptes".

"Ce sont des fichiers codés, cryptés pour lesquels M. Falciani a probablement essayé de créer des liens entre eux" mais "qui juridiquement, légalement ne donnent aucune information consistante", a-t-il assuré. Selon le responsable, les noms de la liste ne sont par exemple pas forcément ceux des clients et peuvent être ceux "d'un avocat, un mandataire... ou quelqu'un qui reçoit le courrier tout simplement".

Pas si sûr

Selon une source chez HSBC, il existe bel et bien pour certains les noms, numéros de compte et montants pouvant les mettre en difficulté. Les données, qui concernent des Français et "d'autres nationalités", permettent tout de même d'avoir des éléments suffisants pour "porter atteinte à la sphère privée" de ces personnes, a reconnu la banque.

Après la révélation de cette liste dont les méthodes de vol d'Hervé Falciani "ne sont toujours pas claires", la banque a vu ses clients européens lui retirer 1 milliard de francs suisses (684 millions d'euros) en 2009.