L'Europe veut sa propre agence de notation

EM

— 

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro Jean-Claude Juncker, a milité vendredi en faveur de la création d'une agence de notation européenne, placée sous l'autorité de la Banque centrale européenne (BCE).

Très critiquée depuis deux ans, les trois agences de notation sur le marché, Standard and Poor's, Moody's et Fitch, en ont encore pris pour leur grade.

"Propre agence"

"Nous écoutons trop les agences de notation", a déclaré Jean-Claude Juncker à la radio allemande Deuschlandfunk alors qu'elles "ont contribué à la chute des marchés financiers" à partir de fin 2008.

"Il serait sensé que nous mettions sur pied nous-mêmes en Europe une propre agence", qui serait chapeautée par la BCE" a expliqué Jean-Claude Juncker.

La presse allemande avait déjà révélé cette semaine que l'Europe réfléchissait à une telle solution. Il s'agirait ainsi de créer une agence qui noterait uniquement la dette souveraine des Etats et non les entreprises.

Depuis deux ans, de nombreux pays estiment que les agences de notation ont accéléré le déclenchement de la crise. Dans un rapport de janvier 2009, l'Autorité des marchés financiers reprochait notamment à ces dernières de manquer de transparence sur la manière dont les notes étaient attribuées.

Les agences et la Grèce

L'Union européenne avait déjà annoncé en mars deniers des mesures pour mieux contrôler ces agences. Mais avec le déclenchement de la crise budgétaire grecque, l'UE veut aller plus loin.

La notation de Standard and Poor's, Moody's et Fitch est déterminante pour permettre à un pays de refinancer sa dette dans de bonnes conditions.

Si elles se mettaient à dégrader un peu plus la note de la Grèce, comme elles l'ont déjà fait en décembre, Athènes aurait beaucoup de mal à se refinancer et donc à sortir ses comptes publics du rouge.

"Le sort de la Grèce, et si on veut être encore plus dramatique, le sort de l'Europe dépend du jugement d'une seule agence de notation. C'est une situation inacceptable", expliquait ainsi Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, il y a deux jours.