L'Insee prévoit une fin d'année calamiteuse

Thibaud Vadjoux

— 

La petite croissance du troisième trimestre 2008 de 0,14% n'aura pas duré longtemps. L'Insee prévoit un effondrement du PIB de 0,8% au dernier trimestre 2008, suivi d'un nouveau recul de 0,4% au premier trimestre 2009. L'année 2009 sera celle de la récession pour la France, d'une ampleur comparable à la crise de1993 mais pas autant que le premier choc pétrolier de 1973-1975. La contraction du quatrième trimestre 2009 (-0,8%) sera aussi violente qu'au premier trimestre 1993 (-0,7%). L'institut de statistique estime que le repli de la croissance sera plus modéré au deuxième trimestre 2009 (-0,1%). Il reste difficile de pronostiquer un retour de la croissance en 2009.

Des aléas importants entourent cette prévision. L'évolution des marchés financiers et du secteur bancaire est encore très incertaine. La mise en oeuvre du plan de relance et ses effets sur la croissance sont difficile à estimer. Enfin, les prix du pétrole peuvent changer la donne. L'Insee établit ses prévisions au maximum à la fin du deuxième trimestre 2009.

L'acquis de croissance (si la croissance est nulle les trimestres suivants) sera à la fin du premier semestre de -1,1%. Pour espérer atteindre 0% de croissance sur l'ensemble de l'année, "il faudrait que la France enregistre une croissance de 1,4% pour chacun des deux derniers trimestre de l'année", explique le chef du département de la conjoncture de l'Insee, Eric Dubois. Mission impossible. De son côté, le gouvernement table toujours sur une croissance comprise entre 0,2 et 0,5% en 2009, grâce à son plan de relance. Le Premier ministre, François Fillon, a toutefois estimé jeudi 18 décembre "qu'aucun pays européen n'évitera la récession" et n'exclut d'ailleurs pas qu'un second plan soit nécessaire.

Le marché de l'emploi va fortement souffrir de la dégradation de la conjoncture. La baisse du chômage amorcée depuis 2009 s'est enrayée au deuxième trimestre 2008 et il va repartir à la hausse pour s'établir à 8% en moyenne au deuxième trimestre 2009. Avant la fin de l'année 100.000 emplois vont être détruits et 170.000 au premier semestre 2009.