Dubaï va restructurer les sociétés immobilières

TV avec AFP

— 

Après l'annonce d'aides de la banque centrale des Emirats arabes unis pour les banques exposée dans la

crise de la dette de Dubaï
, l'Emirat présente son premier plan d'action, cinq jours après l'éclatement de la crise.

Dubaï World, la holding financière publique de l'Emirat de Dubaï, va restructurer deux de ses sociétés: le géant immobilier Nakheel (îles artificielles The Palm, The World) et Limitless World (planificateur du développement urbain). Ce processus "comprendra plusieurs phases dont (...) l'évaluation d'options, parmi lesquelles la vente d'avoirs", indique un communiqué de l'Emirat.

Vente d'avoirs

Dubai World est la propriété des autorités de la ville-émirat mais il ne bénéficie pas de garanties gouvernementales. L'Emirat n'ira donc pas plus loin qu'une restructuration, il ne garantira pas leurs dettes qui posent problème.

"Il est vrai que le gouvernement est le propriétaire (de Dubai World). Mais comme la firme a plusieurs activités exposées à tous genres de risques, la décision avait été prise dès sa création qu'elle ne serait pas garantie par le gouvernement", a dit le directeur du département financier de Dubaï, Abdel Rahman al-Saleh. Désormais, a-t-il ajouté, "il revient aux créanciers d'assumer une part de responsabilité pour avoir accordé des crédits à la compagnie sur la base de la rentabilité de ses projets et non sur la base de garanties du gouvernement".

Les créanciers ne seront pas protégés

"La valeur totale de la dette des compagnies concernées par le processus de restructuration s'élève à environ 26 milliards de dollars, dont environ six milliards relatifs aux soukouks (obligations islamiques) de Nakheel", a précisé Dubai World. Le conglomérat a souligné que d'autres filiales comme DP World, troisième opérateur portuaire mondial, et Istithmar World and Ports, qui contrôle les investissements du groupe à l'étranger, n'étaient pas concernées car elles "sont dans une situation financière stable".

Ce premier communiqué depuis le début de la crise, le 25 novembre, intervient après les sévères chutes des Bourses de Dubaï (-7,3%) et Abou Dhabi (-8,3%), liées à l'annonce par les autorités de Dubaï de leur intention de demander un moratoire de six mois sur la dette de Dubai World. Ce moratoire concerne le paiement, prévu le 14 décembre, de 3,5 milliards USD d'obligations islamiques par Nakheel.

Dimanche, l

a banque centrale des Emirats
a annoncé la mise à disposition de liquidités supplémentaires pour consolider le système bancaire et rassurer les investisseurs.