Les associations de consommateurs réclament une baisse rétroactive du prix du gaz

E24 avec AFP

— 

Les associations de consommateurs ont réclamé jeudi 5 mars une baisse des prix du gaz en France, après l'annonce par le groupe d'énergie GDF Suez d'un bénéfice de 6,5 milliards d'euros en 2008, en hausse de 13%. "GDF Suez mène 6,5 milliards à 0 contre les consommateurs!", s'insurge l'association pour l'information et la défense des consommateurs salariés Indecosa-CGT. Dans un communiqué, elle "exige dès maintenant une baisse significative du gaz, avec effet rétroactif au 1er janvier 2009".

La CLCV fait le même constat: "les consommateurs sont les grands perdants", écrit-elle. Dénonçant le "maintien du prix du gaz malgré l'effondrement des prix du pétrole de 70% depuis juillet 2008", l'association estime qu'"une baisse de 20% des tarifs au 1er janvier de cette année aurait fait économiser en moyenne plus de 100 euros à plus de 7 millions d'abonnés, soit 700 millions de pouvoir d'achat rendus aux ménages". "Si GDF Suez a différé toute baisse du prix du gaz aux particuliers

au 1er avril
2009, c'est pour mieux profiter de la consommation hivernale des ménages qui consacrent en moyenne 45% de leur consommation annuelle sur cette période", estime la CLCV.

GDF Suez estime au contraire avoir subi un manque à gagner de 679 millions d'euros en 2008 en raison du prix trop faible des tarifs réglementés (fixés par l'Etat) du gaz naturel en France. Le groupe espère obtenir en 2009 un niveau de prix lui permettant de couvrir ses coûts d'approvisionnement. "Notre espoir, réaliste, est que nos coûts égalent nos prix, ni plus ni moins", a déclaré jeudi Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez au cours d'une conférence de presse.

Les tarifs réglementés du gaz naturel, qui concernent 93% des consommateurs français, sont fixés par le gouvernement après avis de la Commission de régulation de l'énergie. Ils sont

fixés selon une formule
prenant en compte les prix du pétrole, le cours du dollar ainsi que les coûts d'acheminement, de stockage et de commercialisation. Les tarifs réglementés du gaz pour les particuliers ont augmenté de 15,2% en 2008.