Valeo: perte trimestrielle de 313 millions

Guillaume Guichard

— 

L'équipementier automobile Valeo a terminé le quatrième trimestre dans le rouge. Il a essuyé une perte de 313 millions d'euros contre un profit de 50 millions d'euros un an plus tôt. En cause, l'effondrement du marché: en un an, la production automobile de référence de Valeo a chuté de 25%.

Cette fin d'année catastrophique a plombé les résultats annuels de l'équipementier. Valeo a clôturé l'exercice sur une perte nette de 207 millions d'euros, après avoir dégagé un bénéfice net de 81 millions d'euros en 2007. Au vu de ce résultat, le groupe propose de ne pas verser de dividendes aux actionnaires. Le chiffre d'affaires a aussi chuté de 9%, à 8,8 milliards d'euros. En volume, la baisse représente 4,3%, dans un marché en repli de 6,3%.

Valeo estime avoir limité la casse. Le groupe "a réagi rapidement et drastiquement au recul très brutal de la production", fait-il valoir dans son communiqué. Au cours de l'exercice, l'équipementier a réduit ses effectifs de 10.000 personnes. De plus, "nous avons abaissé nos stocks et aussi réduit notre besoin en fonds de roulement (BFR) de 200 millions d'euros sur l'année", s'est félicité le PDG Thierry Morin, au cours d'une conférence de presse. Du coup, le groupe a conservé une capacité d'autofinancement positive (cash flow libre de 83 millions d'euros).

De quoi aborder 2009 dans une situation moins catastrophique que certains concurrents, tel Faurecia. Car l'année va être dure. Valeo table sur une baisse de 20% de la production automobile en 2009 et prévoit une marge opérationnelle négative au premier semestre. Il se refuse à tout pronostic sur l'ensemble de l'exercice. "Nous roulons dans le brouillard, sur une route verglacée et avec le pied léger sur l'accélérateur", a illustré Thierry Morin.

L'année 2009 pourrait néanmoins représenter certaines opportunités pour le groupe. La crise devrait favoriser la concentration du secteur et Valeo compte bien y jouer un rôle. "Nous mènerons des acquisitions ciblées afin d'acquérir des technologies, si des occasions se présentent", a déclaré le PDG. Des opérations qui devraient se concentrer sur les petits acteurs innovants du secteur.

Reste la question du financement de ces probables opérations, alors que Valeo a dû reporter les cessions qu'il avait prévu de longue date. "Nous avions déclaré que nous réaliserions pour 2 milliards d'euros de cessions d'activité non stratégique", a expliqué Thierry Morin. "Aujourd'hui, nous en avons réalisé la moitié et attendons la reprise pour continuer".