Kadhafi prêche la bonne parole auprès de jolies italiennes

E24 avec agences

— 

En sa qualité de "frère guide", Kadhafi a souhaité prêcher la bonne parole, mais pas à n'importe qui: "Cherchons 500 filles attrayantes âgées de 18 à 35 ans et mesurant au moins 1,70 mètre, bien habillées mais pas en mini-jupes ou en robes courtes"... Voici ce que proposait l'annonce diffusée sur internet par l'agence Hostessweb, promettant aux candidates 60 euros et "quelques souvenirs libyens".

Deux cents jeunes filles ont répondu à l'annonce en se présentant à ladite villa, où elles ont fait le pied de grue dans un grand hall jusqu'à l'apparition du chef de l'Etat libyen, alors qu'elles pensaient faire de la figuration à un cocktail.

Parmi elles s'était glissée une journaliste de l'agence Ansa, qui a pris des photos et a raconté le déroulement de la soirée lors de laquelle le "guide de la révolution" libyenne s'est livré deux heures durant à un cours de religion islamique, répondant à l'occasion à des questions via un interprète.

Au terme de sa harangue, Kadhafi a fait distribuer à chaque participante des exemplaires du Coran et des recueils de son "petit livre vert" de citations.

"Cela n'a rien eu à voir avec la réception de hautes personnalités à laquelle nous nous attendions. Ils ne nous ont même pas donné un verre d'eau", s'est plainte une des "invitées".

D'autres jeunes filles se sont dites offensées par le caractère anti-chrétien du sermon de l'imprévisible colonel, et notamment par son assertion voulant que ce ne soit pas Jésus, mais "quelqu'un qui lui ressemble" qui ait été crucifié.