La Chine ne cédera pas sur le yuan

EM avec AFP

— 

La Chine reste sur ses positions en ce qui concerne sa monnaie, malgré les pressions internationales. Lors de sa seule conférence de presse de l'année devant des journalistes étrangers, le premier ministre chinois, Wen Jiabao, a réaffirmé qu'il n'était pas questions de réévaluer le yuan.

Depuis des mois, la plupart des grands partenaires commerciaux de la Chine, notamment les Etats-Unis, estiment que la monnaie chinoise est maintenue artificiellement basse pour favoriser les exportations du premier exportateur mondial.

"Réequilibrage"

La semaine dernière, Barack Obama a de nouveau appelé Pékin à apprécier son yuan: "si la Chine évoluait vers un taux de change plus conforme au marché, cela constituerait une contribution importante aux efforts mondiaux de rééquilibrage" de l'offre et de la demande, a-t-il expliqué.

Mais pour la Chine, il est toujours hors de question de céder aux pressions internationales sur sa monnaie. "Ce genre de pratiques n'est pas dans l'intérêt d'une réforme du régime du taux de change du renminbi" (Ndlr: monnaie du peuple), a affirmé Wen Jiabao.

Rien ne change

"Lorsqu'a éclaté la crise financière internationale et qu'elle s'est propagée, le taux de change stable du renminbi a apporté une importante contribution", a-t-il assuré.

Pour beaucoup, toutes les conditions économiques sont cependant aujourd'hui réunies pour que la Chine réévalue sa monnaie. Le pays a retrouvé une croissance trimestrielle à deux chiffres, ses exportations sont reparties à la hausse depuis décembre et, parallèlement, les craintes d'une inflation et de bulles spéculatives sont de retour.

Malgré ces éléments, Pékin continue de justifier sa politique monétaire par les "incertitudes" sur la situation économique mondiale et réaffirme que la Chine maintiendra la "stabilité" de sa monnaie en 2010, tout en s'efforçant d'améliorer son système de taux de change.