EDF: activité en hausse, objectifs en baisse

— 

Electricité de France SA a annoncé jeudi une progression de 6,7% de son chiffre d'affaires des neuf premiers mois de l'exercice, grâce en particulier à la contribution de sa nouvelle filiale British Energy. L'électricien a cependant revu à la baisse ses objectifs de résultats annuels, pour prendre en compte la prévision d'une moindre production nucléaire de fin d'année, annonce-t-il jeudi dans un communiqué de presse.

Le chiffre d'affaires des neuf premiers mois de l'exercice a atteint 48,3 milliards d'euros, contre 45,3 milliards d'euros sur la même période de 2008 sur une base pro forma. Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires de 48,07 milliards d'euros.

Sur l'ensemble de l'année, l'excédent brut d'exploitation (EBITDA) devrait être, avec un climat hivernal normal, "proche de celui réalisé en 2008" hors impact du tarif réglementé transitoire d'ajustement du marché, et hors impact des changes et des changements de périmètre, anticipe l'électricien. Le groupe tablait précédemment sur une croissance organique modérée de son résultat brut d'exploitation, dans un contexte économique difficile. Le groupe explique son avertissement sur résultat par "la moindre production nucléaire de fin d'année".

"Au cours du quatrième trimestre et particulièrement depuis fin octobre, le parc nucléaire en France a connu plusieurs arrêts fortuits, liés en particulier à des équipements (générateurs de vapeur, alternateurs) dont le remplacement était nécessaire et déjà programmé pour partie dès 2010", explique EDF. "Ces arrêts, qui affectent l'objectif d'amélioration de disponibilité du parc pour l'année, conduisent désormais à attendre une production nucléaire de l'ordre de 390 TWh en 2009", ajoute l'électricien.