La Bourse marque un nouveau record

Jocelyn Jovène

— 

C'est son record annuel. L'indice Dow Jones des valeurs industrielles -mesure phare de la santé de Wall Street- a gagné lundi 203,52 points pour terminer la séance à 10.226,94 points, son plus haut niveau depuis le 3 octobre 208. C'est la troisième séance de l'année où l'indice affiche une hausse de plus de 200 points.

Derrière cette hausse, la décision de la Réserve fédérale américaine de maintenir inchangé ses taux directeurs et le message, très attendu des marchés financiers, qu'un cycle de hausse des taux n'est pas pour demain. L'autre soutien des marchés est la réunion du G20 Finance à Saint-Andrews, le week-end dernier, qui a insisté sur la volonté des gouvernements de maintenir en plan les plans de relance.

Un an après l'amplification de la crise financière, déclenchée par la faillite de Lehman Brothers, les pouvoirs publics font toujours acte de présence. Des signaux qui rassurent et plaisent aux marchés financiers.

Mais après le rebond engagé depuis le 9 mars, considéré par de nombreux observateurs comme une correction à la hausse de la phase de panique entre octobre 2008 et mars 2009, beaucoup d'investisseurs se demandent si le mouvement va se poursuivre. Le mois d'octobre a illustré les hésitations et interrogations des investisseurs.

Certains courtiers estiment que la hausse est durable. Dans une note datée du 6 novembre, les stratégistes de Bank of America Merrill Lynch pensent qu'il existe encore un potentiel de hausse de 30% sur les indices actions, au cours des deux trimestres à venir. Cette conclusion est tirée de l'observation des phases de krach et de rebond des marchés financiers au cours des 40 dernières années.

Deux trimestres de hausse

"A court terme, les marchés devraient consolider d'ici la fin de l'année dans un sursaut défensif, pour permettre aux investisseurs d'engranger quelques profits. Mais notre sentiment est de rester positif sur les actions", écrit Sadiq Currimbhoy, stratégiste sur les marchés asiatiques pour la banque.

Mais comme le soulignent d'autres investisseurs, aujourd'hui, l'une des conditions importantes d'un rebond à plus long terme des Bourses est la reprise de la croissance de l'activité des entreprises. Jusqu'ici, la reprise de l'activité s'explique avant tout par la correction des excès passés (restockage après plusieurs trimestres de déstockage) et par les mesures de soutien à l'économie (plans de relance, mesures temporaires comme les primes à la casse).

Une fois ces effets atténués, les consommateurs prendront-ils le relais? C'est sur ce point que le marché attend une confirmation. Une évolution plus favorable de l'emploi, avec une baisse du chômage, serait davantage de nature à alimenter une hausse des taux, expliquent les stratégistes de Morgan Stanley. Pour l'heure, les gouvernements et les autorités monétaires n'ont pas infléchi leur discours. Pas de nouvelle, bonne nouvelle, donc, à en croire les boursiers.