Veolia se prépare à lancer des TGV en 2012 (presse)

AFP

— 

Le groupe français Veolia pourrait s'allier avec la compagnie ferroviaire italienne Trenitalia pour lancer des TGV à partir de 2012 en France afin de concurrencer la SNCF avec des prix beaucoup plus bas, affirme mercredi Le Figaro.

Selon Le Figaro, Veolia reprendrait un projet élaboré en 2008 avec Air France, auquel la compagnie aérienne a finalement renoncé en octobre dernier, et qui s'articulait autour de trois lignes TGV. Veolia n'a pas souhaité faire de commentaires.

Il s'agirait de l'axe Bruxelles-Paris-Lyon qui permet notamment de concurrencer le Thalys, d'une ligne Paris-Londres, concurrente d'Eurostar mais également rivale de la SNCF sur Paris-Lille, et d'une ligne Paris-Strasbourg, avec une branche contrant la ligne grande vitesse exploitée jusqu'en Allemagne par la SNCF et son homologue allemande Deutsche Bahn.

Une autre branche pourrait aussi rejoindre Bâle en Suisse, avec un arrêt à Mulhouse, précise le quotidien.

Ce projet est rendu possible par la libéralisation du trafic ferroviaire en Europe, qui permet à un opérateur de faire rouler ses trains en France à condition qu'ils aient un trajet entre au moins deux Etats, selon Le Figaro.

Compagnie low cost

Ensemble, Veolia et Trenitalia vont bénéficier de coûts d'exploitation de 30% inférieurs à ceux de la SNCF du seul fait du régime des cheminots, poursuit le quotidien, ce qui en ferait la compagnie low-cost du TGV.

Les premières projections de tarifs qui avaient été estimées avec Air France tablaient par exemple sur un Paris-Lyon à 30 euros en seconde classe contre une fourchette de 41 à 63,10 euros pour la SNCF (billet "Loisirs", période normale).

Trenitalia est le premier opérateur étranger à avoir demandé des sillons en France dans le cadre de l'ouverture du rail. Il a déjà prévu d'assurer deux allers et retours quotidiens entre Paris et Milan et entre Paris et Gênes. En chemin, les trains de Trenitalia s'arrêteraient dans six gares françaises: Chambéry, Modane, Avignon TGV, Aix-en-Provence TGV, Marseille et Nice.

Trenitalia est autorisée à prendre des passagers entre ces gares, à condition que son activité sur le territoire français reste minoritaire.