Combien de temps durera la récession?

Thibaud Vadjoux

— 

Les prévisions de croissance sont régulièrement revues à la baisse et "les plus bas historiques" s'enchaînent presque chaque jour. La croissance mondiale devrait être de 0,9% en 2009 selon la Banque Mondiale après un cycle de hausse de 3,8% en moyenne entre 2003 et 2007. Le mauvais temps va couvrir à coup sûr la conjoncture des pays avancés et des pays émergents mais quand est prévu le retour de la croissance? Difficile de le dire pour les prévisionnistes. Un brouillard épais entoure la possibilité d'une reprise en 2009. Pour Jean-Pierre Beguelin, chef économiste de Pictet, la banque privée suisse, l'année 2009 est "terra incognita".

Les aléas sur les marchés financiers, le marché du crédit, le pétrole, l'efficacité des plans de relance ou encore le retour de la confiance des entreprises et des ménages… sont nombreux. 2009 n'est pas à l'abri de nouveaux chocs comme l'a montré le scandale Madoff . La principale crainte des prévisionnistes est de voir la récession se transformer en dépression, surtout si la consommation des ménages reste grippée. L'impact des plans de relance dans le monde sera alors déterminant.

Pour la France, "le pire sera passé au début de l'année 2009 mais la France n'échappera pas à la récession en 2009", selon Eric Dubois, chef du département de la conjoncture à l'Insee.Dans sa dernière note de conjoncture, l'Insee table sur un quatrième trimestre 2008 très dégradé. Le PIB, produit intérieur brut, devrait baisser de 0,8% entre octobre et décembre et de 0,4% au premier trimestre 2009. Le repli sera plus modéré au deuxième trimestre 2009 sous l'effet différé des plans de relance et de la baisse, en 2008, des taux directeurs de la BCE.

L'acquis de croissance (croissance sur l'année si les trimestres suivants sont nuls) à la mi-2009 sera de -1,1%. Un scénario pessimiste selon Eric Dubois mais qui fait le pari d'un retour assez rapide de la confiance. Pour finir l'année à 0%, il serait nécessaire que les deux trimestres suivants soient en hausse de 1,4%. Résultat: 2009 sera donc très probablement en territoire négatif même si la croissance revient pour l'été.

Sur l'ensemble de l'année, la croissance française est attendue autours de -0,6% selon le consensus du réseau d'économistes de "Consensus Forecast". Le FMI et l'OCDE tablent sur une croissance aux alentours de -0,4% à -0,5% également. BNP Paribas prévoit une contraction plus violente allant jusqu'à 1,1% en 2009. Un chiffre qui se rapproche des prévisions de croissance de l'Insee.

Aux Etats-Unis, le plan de Barack Obama et la vitesse de sa mise en œuvre seront certainement l'élément clé du redressement. "C'est la condition sine qua non pour relancer la machine économique américaine", selon les économistes de Pictet. Le plan de soutien américain devrait être de 700 milliards de dollars sur deux ans. Il visera des dépenses d'infrastructures (80 milliards de dollars), des baisses d'impôts pour les ménages à revenus moyens ou faibles (150 milliards) ou encore des aides pour les petites entreprises (50 milliards) et les collectivités locales (50 milliards) selon Anton Brender, chef économiste de Dexia. Le plan Obama devrait ajouter 1,5 point de croissance en 2009. L'économie américaine en a bien besoin. Au quatrième trimestre, le PIB devrait plonger de 4%.