Air France: la grève entraînera de fortes perturbations lundi

E24 avec AFP

— 

Le trafic aérien restera perturbé lundi, au quatrième et dernier jour de la grève des pilotes, a indiqué dimanche la direction d'Air France. La compagnie prévoit d'assurer au départ de Paris entre 65% et 70% de ses vols long-courriers et 50% de ses moyen-courriers. En conséquence, trois long-courriers sur dix devraient être annulés, et la situation "reste inchangée pour les moyen-courriers", précise la direction. "En ce qui concerne les compagnies partenaires régionales, comme dimanche, 90% des vols seront assurés", a-t-elle prévu. "On devrait assurer tout cela sans problème".

Dimanche, au troisième jour de grève des pilotes des compagnies aériennes françaises et les perturbations étaient toujours aussi importantes. La direction d'Air France a annoncé que 30 à 35% des vols long-courriers ont été annulés ainsi que 50% des autres vols. Ce qui est "conforme aux prévisions de trafic diffusées samedi", précise la direction. D'autre part, dimanche en début de matinée, il n'y avait pas eu d'annulation "à chaud", c'est-à-dire à la dernière minute, de vols long-courriers, selon Air France. Le taux de gréviste était de 40% dimanche, au même niveau que la veille, selon la compagnie.

A Marseille, le gérant de l'aéroport a estimé que 40% des vols prévus dimanche ont été annulés à l'aéroport Marseille-Marignane en raison de la grève. Sept vols à l'arrivée et huit au départ ont été supprimés, tous à destination ou en provenance de Paris à l'exception d'une rotation sur Nantes et d'une autre sur Alger, a précisé le porte-parole. Les pilotes, en grève depuis vendredi matin et jusqu'à lundi minuit, protestent ainsi contre le relèvement à 65 ans de l'âge limite à partir duquel ils doivent cesser leur activité en vol.

Vendredi soir, espérant pouvoir mettre fin au mouvement, le ministre du Travail Xavier Bertrand et son collègue des Transports Dominique Bussereau avaient déposé ensemble un nouvel "amendement gouvernemental" sur la retraite des pilotes, améliorant le texte controversé. Ce qui n'a pas suffit à apaiser la base.

Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire, demande désormais "le retrait" pur et simple de cet l'amendement et on imagine mal une issue au conflit d'ici lundi soir. "L'habillage est un peu différent (du précédent amendement,ndlr) mais le contenu est rigoureusement le même", a déclaré dimanche Erick Derivry, un des porte-parole du SNPL, à l'AFP. Lundi, les regards seront donc tournés vers le Sénat, qui devrait rejeter l'amendement controversé, pour adopter celui du gouvernement, qui le modifie sur la forme, mais pas sur le fond.