Le groupe financier CIT fait faillite

Avec agence

— 

L'américain CIT, spécialiste du financement des PME, a annoncé dimanche qu'il se mettait sous la protection de la loi sur les faillites (Chapter 11).

"Le Conseil d'administration a approuvé la proposition de déposer volontairement un dossier au tribunal des faillites du district sud de New York", indique le groupe dans un communiqué de presse.

Confrontée à des lourdes pertes ces derniers mois, la société avait procédé en août dernier à la restructuration de sa dette. Les actifs de la société sont évalués à 71 milliards de dollars. C'est la cinquième plus grosse faillite de l'histoire des Etats-Unis, après celles de Lehman Brothers (2008), Washington Mutual (2008), WolrdCom (2002) et General Motors (2008).

La procédure ne concerne que la maison-mère et non les agences de CIT et ses filiales, ce qui leur permettra de poursuivre leurs activités, précise le groupe.

Réduire la dette

La faillite intervient alors que près de 90% des créanciers qui ont participé à la consultation sur la restructuration de la dette ont apporté leur soutien au programme de réorganisation, ajoute CIT.

La mise en faillite devrait permettre à CIT de réduire sa dette de 10 milliards de dollars environ, et de réduire sa consommation de cash au cours des trois prochaines années. L'endettement de CIT se montait dernièrement à 65 milliards de dollars.

Les dirigeants de la société avaient demandé aux créanciers du groupe d'approuver leur plan de restructuration ainsi qu'une offre d'échange de dette entre le 1er octobre et jeudi, afin de le soulager d'au moins 5,7 milliards de dollars d'obligations arrivant à maturité entre 2009 et 2012.

Dans son communiqué, le groupe précise que ces fonds, auxquels s'ajouteront les liquidités obtenues par les remboursements des prêts déjà accordés, lui permettront de répondre aux besoins de ses clients et à ses obligations pendant la procédure judiciaire. Vendredi, l'action CIT a plongé de 20%. La cotation de ses actions cessera ce lundi.