La consommation mondiale de pétrole au point mort

E24 avec AFP

— 

Dans son rapport mensuel publié aujourd'hui, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé sa prévision de demande mondiale de pétrole pour 2008 et 2009 à respectivement 86,2 millions de barils par jour (mbj) et 86,5 mbj. Soit une hausse de 0.1% en 2008 et de 0.4% en 2009. La demande progresse légèrement mais les prévisions sont une nouvelle revue à la baisse.

L'Agence prévoit en outre un prix du baril de brut à 80 dollars en 2009, en nette baisse par rapport à son hypothèse des trois derniers mois d'un baril à 110 dollars. L'AIE, qui constate le recul des cours du brut depuis juillet, estime que la décision de l'Opep de réduire son offre de pétrole aura un impact limité sur le prix du baril. Il sera contrebalancé par l'aggravation attendue de la crise économique et le ralentissement de la demande de brut.

Le 24 octobre dernier, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait décidé de réduire son offre de 1,5 million de barils par jour, pour faire face à la chute des cours du brut, ce qui devrait porter son offre à 30,5 mbj, selon le rapport.

Recul de la demande partout dans le monde

L'AIE explique sa réévaluation à la baisse de la demande mondiale de pétrole par les nouvelles prévisions de croissance mondiale du Fonds monétaire international (FMI). La demande des pays de l'OCDE devrait chuter en 2008 de 2,7% et de 1,6% en 2009, en raison de "la détérioration des conditions économiques" en Amérique du Nord et dans le Pacifique et des perspectives de récession dans l'OCDE.

S'agissant de la Chine, qui a été "un des principaux moteurs" de la demande mondiale en pétrole ces dernières années, selon l'AIE, le rapport relève que le pays est guetté par un ralentissement d'activité et revoit à la baisse sa prévision de demande chinoise pour 2009, à 290.000 barils/jour soit 180.000 bj de moins que prévu auparavant.

Après avoir chuté de 1 mbj en septembre, l'offre de pétrole a augmenté de 1,8 mbj en octobre à 86,9 mbj, grâce à un nombre moindre d'interruptions de production, notamment en Amérique du Nord et en Europe. Selon le rapport, l'offre globale de l'Opep est restée stable en octobre à 32,1 mbj. Les baisses de production dans certains pays (Arabie Saoudite notamment) ont été compensées par la reprise de l'activité de champs de pétrole et de pipelines en Irak, Angola et Libye.