Maïs OGM: une interdiction éloignée "de toute réalité agricole" pour Monsanto

E.M. avec AFP

— 

Le groupe américain Monsanto a jugé "regrettable" mardi "que les agriculteurs français n'aient toujours pas la possibilité" d'utiliser son maïs MON 810, après un avis du Haut conseil des biotechnologies (HCB) estimant qu'il présente plus d'inconvénients que d'avantages.

Le HCB avait été saisi par le gouvernement d'une demande concernant l'éventuelle autorisation de ce maïs transgénique qui est sous le coup d'une interdiction de culture en France depuis 2008.

Une majorité de membres du Comité économique, éthique et social (CEES) - une des deux composantes du HCB - a considéré que les inconvénients globaux d'une mise en culture du MON 810 l'emportaient sur ses avantages, selon le communiqué du HCB mardi.

Par ailleurs, le Comité scientifique - l'autre composante du HCB - a noté que certaines questions posées à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Aesa) n'avaient pas obtenu de réponse, "du fait de l'absence d'effets majeurs et/ou faute de données suffisantes, que seule l'expérimentation en champ ou en laboratoire permettrait d'obtenir".

Monsanto estime que les considérations du CEES sont "complètement éloignées de toute réalité agricole". Olivier Soulié, responsable marketing Europe du Sud du groupe, cité dans le communiqué, met en avant les qualités qu'il attribue à ce maïs: "augmentation de rendement, meilleure qualité sanitaire du grain, économies d'insecticides et d'énergie fossile".

Le groupe américain de semences souligne en revanche que le comité scientifique du HCB "confirme que ce maïs est sûr vis-à-vis de la santé et de l'environnement".