Grand emprunt: 35 milliards d'euros

TV

— 

Le montant et les objectifs du grand emprunt se précisent. Il devrait s'élever à 35 milliards d'euros, croit savoir le quotidien Sud Ouest dans son édition de mardi. Alain Juppé, qui préside avec Michel Rocard la commission sur le grand emprunt, a évoqué un tel montant lundi au cours d'une réunion d'adhérents UMP à Bordeaux, selon le quotidien.

Le maire de Bordeaux avait déjà indiqué au Journal du Dimanche que son montant "se situait entre 20 et 40 milliards" d'euros. La commission doit tenir sa dernière réunion de travail mercredi 11 novembre et remettre ses conclusions au président de la République à la fin de la semaine qui prendra la décision finale, "au début du mois de décembre", selon l'Elysée.

54% des Français opposés

Mais l'opération qui vise à cibler "des dépenses stratégiques" ne semble pas remporter l'adhésion des Français qui, selon un récent sondage, se prononcent à 54% contre ce grand emprunt.

Après la polémique suscitée par les 63 députés de la majorité qui réclamaient un grand emprunt plus ambitieux entre 50 et 100 milliards d'euros, Nicolas Sarkozy avait déjà tranché en indiquant qu'il ne dépasserait pas 50 milliards. Autour de 100 milliards d'euros empruntés, la signature AAA de la France sur les marchés obligataires pourrait être dégradée, explique Brian Coulon, chef économiste de l'agence de notation Fitch.

Parmi les objectifs assignés au grand emprunt, Alain Juppé a cité, devant des adhérents UMP: l'université, "pas les 90 françaises mais les cinq meilleures dont évidemment Bordeaux", rapporte Sud Ouest. Le grand emprunt devrait également, selon M. Juppé, financer la recherche et des secteurs prioritaires tels que les énergies nouvelles, les sciences de la vie, en particulier les biotechnologies, l'économie numérique (par exemple le très haut débit), la ville du XXIe siècle et les véhicules du futur.