Jean Sarkozy renonce à la présidence de l'EPAD

AFP

— 

Le fils cadet du chef de l'Etat a créé la surprise jeudi soir en annonçant qu'il ne briguerait pas la présidence du premier quartier d'affaire d'Europe, La Défense, qui lui semblait acquise.

"Je serai candidat au poste d'administrateur de l'Epad mais, si je suis élu, je ne briguerai pas la présidence", a annoncé Jean Sarkozy dans le 20H de France 2 en expliquant qu'il ne voulait que d'une victoire qui porte le poids d'un soupçon de "favoritisme".

Une fois élu au conseil d'administration de l'Epad, le fils du chef de l'Etat devait logiquement en prendre la présidence le 4 décembre, en remplacement de Patrick Devedjian, qui, atteint à 65 ans par la limite d'âge des présidents d'établissement public, a dû céder sa place.

Mais si le chemin vers la présidence semblait balisé, les critiques sur son illégitimité ont fini par briser la volonté de Jean Sarkozy d'aller "jusqu'au bout".

jeudi, il a mis en avant sa responsabilité d'homme politique pour expliquer sa décision:"Mon devoir, c'est de prendre conscience d'une situation qui peut me dépasser, d'en prendre acte et je ne suis pas sourd, je ne suis pas aveugle et je décide en conséquence".