La justice américaine condamne lourdement le cartel des écrans télé

E24 ave AFP

— 

LG, Sharp et Chunghwa Picture Tubes, les trois géants asiatiques de l'électronique, ont reconnu s'être entendu sur les prix des écrans à cristaux liquides aux Etats-Unis. Ils écopent d'une amende de 585 millions de dollars, a indiqué mercredi 12 novembre, le département américain de la Justice. Les accusations portent sur la période comprise entre septembre 2001 et décembre 2006, alors que le marché mondial des écrans à cristaux liquides était évalué à 70 milliards de dollars.

Un préjudice pour des millions d'Américains

Le fabricant sud-coréen LG Display, filiale du deuxième fabricant d'électronique en Corée du Sud derrière Samsung, paiera la plus lourde amende, 400 millions de dollars, la deuxième plus forte amende jamais infligée par la division antitrust du département de la Justice, précise un communiqué du ministère. Le groupe japonais de produits électroniques Sharp, spécialiste des dalles mères géantes et TV à écran plat à cristaux liquides (LCD), versera une amende de 120 millions de dollars tandis que le taïwanais Chunghwa Picture Tubes (CPT), autre concepteur de dalles pour ordinateurs portables, devra payer 65 millions de dollars, selon le communiqué.

Réunions discrètes

Les trois sociétés ont accepté de plaider coupable de complot d'entente sur les prix des écrans à cristaux liquides utilisés pour les ordinateurs, les télévisions, les agendas électroniques, les téléphones portables ou autres instruments électroniques. Elles coopèrent également avec la justice, qui poursuit son enquête et aurait pu sinon leur infliger des amendes encore plus lourdes. "Ce cartel a touché des millions d'Américains utilisant quotidiennement des ordinateurs, des téléphones portables et de nombreux autres appareils électroniques", a souligné le patron des services antitrust du ministère, Thomas Barnett.

Prochaines cibles

M. Barnett a précisé que l'enquête, qui avait bénéficié de la coopération des autorités sur trois continents, en Europe, en Asie et en Amérique, pourrait déboucher sur de nouvelles mises en causes, en raison de la participation présumée à ces ententes de plusieurs sociétés non nommées. LG Display, qui à l'époque des faits était une coentreprise formée avec Philips Electronics intitulée LG.Philips, est accusée d'avoir envoyé des représentants participer à des réunions avec des représentants d'autres fabricants d'écrans à cristaux liquides, dont Chunghwa. Lors de ces réunions, organisées en Corée, à Taïwan et aux Etats-Unis, les fabricants se tenaient au courant des conditions du marché et se mettaient d'accord sur les prix à proposer aux clients.

Sharp, pour sa part, se serait entendu avec d'autres société non nommées pour fixer les prix proposés à Dell, Motorola et Apple. "Si nous pouvons monter un dossier contre d'autres participants à ce cartel, nous le ferons certainement", a prévenu M. Barnett lors d'une conférence de presse.

Jusqu'à présent la plus forte amende jamais infligée pour entente sur les prix aux Etats-Unis remontait à 1999, quand le laboratoire Hoffmann-LaRoche avait été condamné pour ses tentatives de contrôler les prix de vitamines.