Valse à la tête du Crédit Agricole

— 

La nomination de Jean-Paul Chifflet au poste de directeur général du Crédit agricole est en passe de se confirmer
. Depuis plusieurs jours son nom circule avec insistance pour remplacer en février prochain George Pauget. Le conseil d'aministration devrait l'annoncer ce soir lors de la présentation des résultats du troisième trimestre.

Agé de 60 ans, M. Chifflet est un "homme du sérail", un "Crédit Agricole pur sucre", décrit un proche. Entré à la banque verte en 1973 comme animateur commercial, il est devenu en 2000 le directeur général de la Caisse régionale de Crédit Agricole Centre-Est (Lyon), la deuxième de France.

En 2006, il est élu secrétaire général de la Fédération nationale du Crédit Agricole (FNCA), devenant ainsi, aux côtés du président Jean-Marie Sander, le patron des directeurs de caisses régionales. La FNCA est l'actionnaire majoritaire de Crédit Agricole SA (CASA), l'organe coté du Crédit Agricole, qui chapeaute notamment la banque de détail LCL, la grecque Emporiki et la banque de financement et d'investissement Calyon.

A la FNCA, M. Chifflet a réussi à "faire l'unité de tous sur les grands sujets" que la banque a eu à traiter, estime un proche. Il a ainsi su convaincre les caisses d'apporter leur soutien plein et entier à l'augmentation de capital de 5,9 milliards réalisé en 2008, les caisses s'engageant à souscrire à la totalité de la somme en cas de réticence du marché.

Retour aux sources

Homme de consensus, Jean-Paul Chifflet a néanmoins critiqué sans ménagement l'actuel directeur général Georges Pauget sur les dérives de la banque de financement et d'investissement, selon un observateur. L'arrivée de M. Chifflet à la direction exécutive de CASA replace plus que jamais les caisses régionales au coeur de la stratégie de la banque, un recentrage amorcé par M. Pauget il y a un an et demi.

"Il y a plus de 100 ans, la loi a fait des caisses régionales le coeur du Crédit Agricole. Toutes nos évolutions ont confirmé cette place, ce rôle et cette responsabilité", avait déclaré M. Chifflet lors d'un discours prononcé à Nice en octobre 2008, traçant ainsi déjà sa feuille de route. "Il est très attaché au développement du groupe dans les métiers de banque de proximité, qu'il connaît bien, en France et en Europe", selon son entourage.

Vigneron

Ardéchois, père de deux enfants et amateur de Harley-Davidson, Jean-Paul Chifflet est un terrien attaché à sa région et cultive quelques arpents de vigne dans la Drôme. Comme les vignerons, il a "le sens du long terme et le goût du savoir-faire. Le gain à court terme, chez les paysans, on n'y croit pas", décrit un proche.

Fin connaisseur du paysage bancaire français, Chifflet, devra désormais se frotter aux problématiques d'une banque internationale et cotée en Bourse. Il ne les découvrira cependant pas totalement, étant vice-président du conseil d'administration de CASA depuis janvier 2007.

"On peut avoir des racines profondes, et en même temps se projeter dans le futur", dit un proche. Jean-Paul Chifflet a lancé un ambitieux projet de restructuration du système informatique du groupe, visant à prendre en compte l'importance de plus en plus grande prise par internet dans la relation entre les clients et leur banque.

D'un coût de 400 millions d'euros, ce projet aboutira à la suppression de mille postes d'informaticiens.