L'Elysée fait la pub du chauffage bois

Guillaume Guichard

— 

Fini la chaudière au fioul, pas assez "grenello-compatible". Le Palais de l'Elysée sera désormais chauffé au bois. C'est ce qu'a annoncé devant des députés Christian Frémont, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy. Cette nouvelle révèle l'attention portée par l'Etat à cette source d'énergie.

Ces dernières années, la filière bois a connu un développement sans précédent. Un dynamisme dû à l'instauration d'un crédit d'impôt de 50% en 2005, puis réduit à 40%. Résultat, en 2008 il s'est vendu 490.000 appareils, selon les chiffres de l'Ademe. De quoi employer 20.000 personnes de la fabrication à la distribution, et 60.000 en comptant l'amont du secteur, c'est-à-dire la sylviculture.

Crédit d'impôt

Sur l'année 2009, les ventes devraient se maintenir ou accuser une légère baisse, prévoit le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Le marché resterait en effet dynamique avec la perspective d'une réduction du crédit d'impôt, qui passerait, selon le projet de Loi de finance 2010, de 40% à 25%. Les clients seront donc pressés de s'équiper avant que la mesure fiscale soit revue à la baisse.

Sur ce point, rien n'est encore joué, espère cependant le SER. Le syndicat professionnel, qui défend la filière bois auprès du Parlement, tente toujours de convaincre les élus de conserver le crédit d'impôt à 40%. La diminution de l'impact de cette mesure irait à l'encontre de l'objectif du Grenelle "d’équiper 9 millions de logements en appareils de chauffage au bois d'ici 2020, contre 6 millions aujourd’hui", fait valoir le SER.

Pour plaider sa cause, le syndicat fait valoir les avantages environnementaux et économiques de ce type de chauffage. "Le bilan carbone du bois est neutre: la combustion de cette ressource n'émet que le CO2 emmagasiné par l'arbre durant sa croissance", explique Noël Le Mauff, chargé de mission au SER.

Economique

Le chauffage au bois coûte aussi moins cher à l'usage qu'une chaudière au fioul. "Le prix de l'équipement est supérieur à celui des chaudières fonctionnant à l'énergie fossile, mais ce surcoût est amorti au bout de 5 ans", selon Noël Le Mauff. Et pour cause: le bois ne coûte que 3,50 euros par 100 KwH, contre 8 euros (prix 2008) pour le fioul.

Bien qu'équiper l'Elysée d'une chaudière à bois envoie un signal écologique à l'opinion et allège la facture de chauffage du Palais, cela comporte des inconvénients. Le bâtiment représentant une surface de 11.000 mètres carrés, il faudrait l'équiper d'une chaudière d'une capacité d'un mégawatt. Coût de l'équipement: 200.000 à 250.000 euros. A priori, pas de problème: de nombreuses collectivités se chauffent déjà au bois.

Embouteillages

Mais "installer un appareil fonctionnement au bois en plein centre de Paris soulève le problème de l'approvisionnement", remarque Patrick de Beaurepaire, secrétaire général de FEDENE, la Fédération des services énergie environnement. "Il faudrait une série de camions pour acheminer les plaquettes ou les granulés de bois". Et pour cause: un stère de bois prend huit fois plus de place qu'un mètre cube de fioul. Bientôt des embouteillages rue du Faubourg Saint-Honoré?