Epad: un représentant de l'Etat est le mieux placé

T.V avec AFP

— 

Après l'annonce de non candidature de Jean Sarkozy à la présidence de l'Epad, (l'établissement en charge du foncier de la Défense), quel pourrait être le futur patron du quartier d'affaires parisien?

Le conseil d'administration de l'Epad (auquel souhaite toujours entrer Jean Sarkozy) doit désigner son futur président le 4 décembre parmi ses 18 administrateurs. 9 administrateurs viennent des ministères et 9 administrateurs sont des représentants des collectivités (Hauts-de-Seine, Ile-de-France, Puteaux, Courbervoie, Nanterre), de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris et du Stif, le syndicat des transports en commun d'Ile-de-France.

Un représentant de l'Etat bien placé

Même s'il ne s'est pas déclaré, Jean-Marc Michel, haut fonctionnaire nommé par le ministère de l'écologie il y a plusieurs mois au CA de l'Epad, a de bonnes chances d'être choisi.

Egalement premier vice-président de l'Epad, il exerce déjà la présidence par intérim depuis cet été. Patrick Devedjian, le président de l'Epad est frappé par la limite d'âge (65 ans) depuis le 26 août 2009 et a dû lâcher les commandes. Il conserve le statut de président mais juridiquement, c'est Jean-Marc Michel qui prend les décisions.

Celui-ci est pressenti par le ministre du Logement, Benoist Apparu, pour rester au poste par intérim jusqu'au futur grand changement concernant la Défense: la fusion de l'Epad avec l'Epasa, (l'établissement en charge du foncier proche de la Défense).

Le processus de fusion, contre laquelle résistent les communes voisines de la Défense dont Nanterre, est engagé à marche forcée par l'Etat. Il devrait être finalisé début 2010 et s'accompagner d'une nouvelle gouvernance. Jean-Marc Michel pourrait garder son poste par intérim jusqu'à cette échéance.

Des choix limités

"La tradition c'est qu'on choisisse le président parmi les représentants élus du département pour ne pas favoriser les communes, or Jean Sarkozy ayant renoncé à briguer la présidence et Patrick Devedjian étant atteint par la limite d'âge, aucun des deux représentants du département ne sera candidat", a déclaré à l'AFP le ministre du Logement, Benoist Apparu.

Le seul candidat en lice après Jean Sarkozy est le maire communiste de Nanterre, Patrick jarry. Mais celui-ci a peu de chances d'être choisi. Les maires des communes où se trouve la Défense représentent des intérêts trop locaux, même si l'agrandissement de la Défense (

fusion Epad-Epasa
) va se faire à 50% sur des terrains de Nanterre.