Didier Lombard garde une place de choix à France Telecom

Elsa Meyer

— 

La PDG de France Telecom, Didier Lombard, lâche les rênes de l'entreprise à son numéro deux, Stéphane Richard.

Fragilisé par la vague de 35 suicides en deux ans, le futur ex dirigeant a été directement mis en cause, avec l'ensemble de la direction, dans la dégradation des conditions de travail.

"Il nous faut sortir par le haut de cette crise, c’est pour cela que nous bâtissons un nouveau projet d’entreprise (…) Ma décision a été prise dans l’intérêt du groupe", expliquait ainsi le PDG dans un entretien au Figaro ce mardi.

Tête haute

Une démission qui est loin cependant de se faire par la petite porte. Didier Lombard reste tout d'abord président non exécutif du groupe.

"En tant que président de France Télécom jusqu’à juin 2011, terme de mon mandat, je m'attacherai à faire fonctionner le conseil d'administration et me focaliserai sur les grandes orientations stratégiques et technologiques, domaines qui m’ont toujours passionné", précisait-il au Figaro.

Présidence de premier plan

Didier Lombard gardera donc jusqu'à l'année prochaine la présidence non exécutive du Conseil d'administration (CA) de France Telecom. Une fonction de premier plan dans la gestion du groupe.

Comme son collègue Henri Proglio à Veolia, il participera à la définition des orientations stratégiques et au contrôle de l'entreprise. Il pourra aussi, et surtout, garder un œil sur sa gestion directe: le futur président exécutif, Stéphane Richard, est directement nommé par le CA.

1.655.985 euros en 2008

Le salaire de Didier Lombard ne devrait en outre pas subir une diminution trop brutale.

"Il n'y a aucune raison pour que sa rémunération change, puisqu'il reste président du conseil d'administration jusqu'en 2011 et qu'elle a été fixée par le conseil des rémunérations", a ainsi déclaré un porte-parole à Rue89.fr.

Interrogé par E24, France Telecom rappelle cependant "que pour l'instant rien n'est décidé. Les hypothèses autour du futur salaire de M. Lombard sont prématurées: tout sera voté lors du CA du 24 février prochain".

En 2008, le PDG gagnait la somme de 1.655.985 euros, selon les informations financières publiées par France Telecom.

Ce salaire se décomposait en trois éléments :

- une rémunération fixe à 900.000 euros

- une part variable de 752.100 euros

- 3.885 euros d'avantages en nature, comme une voiture de fonction ou des moyens téléphoniques.

Aucun jeton de présence

Le PDG ne percevait en revanche ni ntéressement ou participation, selon ces informations.

En tant que membre du CA, Didier Lombard ne touchait également aucun jeton de présence, tandis que ceux de ses homologues s'échelonnaient entre 24.000 et 55.000 euros en 2008.

L'Association de défense de l'épargne et de l'actionnariat salarié de France Telecom a déjà demandé mardi que la rétribution du PDG du groupe soit réduite avec la démission de ses fonctions exécutives.