La Défense: gouvernance, budget, territoire

Thibaud Vadjoux

— 

A quoi sert l'Epad?

Sous tutelle de l'Etat, l'Etablissement public d'aménagement de La Défense (Epad), créé en 1958, a pour rôle d'aménager et d'urbaniser les 160 hectares du quartier d'affaires de la banlieue nord-ouest de Paris. Le développement de la Défense qui regroupe 2.500 sièges sociaux (Total, EDF, Generali, Société Générale…) revêt désormais d'une "opération d'intérêt national" (OIN).

12 nouvelles tours devraient bientôt pousser à la Défense selon un nouveau plan de développement lancé par Nicolas Sarkozu en juillet 2006 alors président de l'Epad. Mais certains projets de ces futures tours, financés par des investisseurs privés, ont été gelés avec la crise (Tour Phare, tour Signal ou Majunga) ou purement annulés (tour Manhattan). Voir l'état des travaux.

Création de l'EPGD

Sous la pression de la Cour des comptes, l'Epad a recentré sa mission sur l'aménagement de La Défense. La gestion, l'entretien, la promotion et l'animation de cette zone ont été confiées à autre établissement public: l'EPGD (Etablissement Public de Gestion du Quartier d'Affaires de La Défense) créé par la loi du 27 février 2007.

Quel est son budget?

L’EPAD (foncier) a prévu en 2009 un budget de 150 millions d'euros, alimenté par les recettes de la vente des droits à construire des tours. Ces droits rapportent de 20 à 30 millions d’euros pour une petite tour et jusqu’à 50 à 80 millions pour les plus importantes. Mais ces recettes restent très volatiles en raison du caractère aléatoire des projets immobiliers et des négociations avec les promoteurs, en particulier sur les aménagements restant à la charge de l'Epad (aménagement de la dalle de la Défense).

L'EPGD (gestion, exploitation) a prévu un budget 2009 de 32,6 millions d'euros dont 17,4 millions de recettes issues des ventes de services (essentiellement les recettes de parking) de 13 millions des collectivités (7/13e par le Conseil Général des Hauts-de-Seine et 3/13e pour chacune des villes Puteaux et Courbevoie, le Conseil Général ne participe pas au budget) et 2,2 millions venant de transfert de l’EPAD.

Quel territoire?

L'Epad s'occupe du quartier de la Défense à cheval sur 3 communes: Nanterre (PCF), Courbevoie (UMP), Puteaux (UMP). Mais la zone est maintenat saturée. Depuis cet été, l'Etat prévoit de fusionner sur décret l'Epad avec l'Etablissement public d'aménagement Seine-Arche (Epasa), chargé d'urbaniser une partie de la ville voisine de Nanterre afin de créer un vaste territoire, une énorme réserve de foncier. Le nouveau territoire "Seine Arche" s'étalerait sur 320 hectares joignant deux coudes de la Seine et venantd éborder sur une nouvelle commune: la Garenne-Colombe (UMP).

"La Défense et Seine-Arche attirent plus de 11 % de la demande placée totale en Île-de-France, avec une progression de leur part de marché de 8 à 20% selon les années. La demande représente ainsi 100 000 m² au minimum par an, avec des pointes à 350 000 m² en période de croissance", explique le site dédié "Seine-Arche".

Qui le gouverne?

L'Epad est actuellement présidé par Patrick Devedjian (ministre de la Relance et président du Conseil général des Hauts-de-Seine). Le 4 décembre 2009, Jean Sarkozy pourrait prendre sa place. La direction générale revient à Philippe Chaix, nommé sur arrêté en octobre 2008. Ce haut fonctionnaire est ancien conseiller municipal (RPR) de Paris sous Jean Tiberi et proche de Charles Pasqua.

Le conseil d'administration de l'Epad compte 17 membres: 9 hauts fonctionnaires issus du ministère de la Culture, de l'Economie et de l'Equipement ; 8 représentants des collectivités locales (Courbevoie, Nanterre, Puteaux, Paris, Hauts-de-Seine, Ile-de-France), un représentant du syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) et un représentant de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris. Le conseil d'administration de l'Epasa est présidé par Patrick Jarry, maire communiste de Nanterre.

Ces deux CA devraient prochainement fusionner au sein de l'établissement public fusionné "Seine-Arche", en attendant l'application des décrets d'application de la future entité.

Le conseil d'administration de l'EPGD comprend 7 représentants du département des Hauts-de-Seine, 3 de Puteaux, 3 de Courbevoie.