Bruxelles met Areva et Alstom à l'amende

G. G. avec AFP

— 

La Commission européenne a infligé pour 67,6 millions d'euros d'amendes au cartel des transformateurs électriques. Parmi les entreprises concernées, Areva et Alstom ont écopé d'amendes respectives de 13,53 et 16,5 millions d'euros.

Ces 6 sociétés avaient conclu un accord en vertu duquel les producteurs japonais s'engageaient à ne pas vendre de transformateurs en Europe et les producteurs européens à ne pas en vendre au Japon. Ce cartel a fonctionné selon Bruxelles entre 1999 et 2003. A cette époque, les sociétés concernées réalisaient sur ce marché en Europe des ventes annuelles d'environ 100 millions d'euros.

Les membres du cartel se rencontraient une ou deux fois par an "dans des hôtels de luxe en Asie ou en Europe, de Singapour à Barcelone, de Zurich à Tokyo et de Vienne à Lisbonne", a raconté la commissaire à la Concurrence Neelie Kroes lors d'une conférence de presse. "Pour couvrir leurs traces, les sociétés ont pris soin de garder leur accord oral" et "utilisaient des noms de code", a-t-elle ajouté.

C'est l'un des participants au cartel, l'allemand Siemens, qui a finalement dénoncé ses complices. Cela lui a valu d'être exonéré d'amende.

ABB devra s'acquitter du montant le plus élevé, à savoir 33,75 millions d'euros. Comme il est récidiviste, son amende a été majorée de 50%. Côté japonais, l'amende se monte à 13,2 millions pour Toshiba, 2,46 millions pour Hitachi et 1,734 million pour Fuji Electrics.

Neelie Kroes a réaffirmé mercredi sa "politique de tolérance zéro envers les cartels" et cela "même pendant la crise". La commissaire néerlandaise a lancé une véritable croisade contre les cartels, leur infligeant des amendes de plus en plus lourdes.