Une taxe carbone mondiale génératrice d'emplois

CV avec AFP

— 

La mise en place d'une taxe sur les émissions de CO2 au niveau mondial pourrait créer plus de 14 millions d'emplois d'ici 2014, selon une étude publiée lundi 7 décembre par l'Organisation internationale du travail (OIT).

"En imposant un prix pour les émissions de CO2 (question qui sera débattue lors de la

Conférence de Copenhague sur le climat
) et en utilisant ces recettes pour réduire la taxation du travail, l'emploi pourrait progresser de 0,5% d'ici à 2014", explique le Rapport mondial sur l'emploi 2009 établi par l'Institut de recherche de l'OIT. Ceci "équivaudrait à une création nette de 14,3 millions de nouveaux emplois pour l'ensemble de l'économie mondiale", assure l'OIT.

Ces estimations sont basées sur un niveau de taxe carbone proposé par certains pays au sommet, qui a démarré lundi dans la capitale danoise, d'environ 30 dollars par tonne, a précisé l'auteur principal de l'étude lors d'une conférence de presse, Raymond Torres.

Dans la simulation de l'OIT, "les revenus de la taxe sont utilisés pour diminuer les charges sur les salaires", a-t-il ajouté, soulignant que "si l'impôt qui pèse sur le travail était allégé, cela aiderait à la demande d'emploi".

Cette simulation tient également compte du fait que les énergies renouvelables emploient plus de main d'oeuvre que les énergies fossiles, a encore expliqué M. Torres.

Ces projections "sous-estiment" elles-mêmes les bénéfices d'une relance verte plus globale qui pourrait impliquer une révolution technique et être source d'une forte impulsion dans la croissance mondiale, a insisté l'auteur de l'étude.