JCDecaux souffre de la crise du marché publicitaire

E.M. avec AFP

— 

Le groupe français d'affichage et de mobilier urbain JCDecaux a continué au troisième trimestre à souffrir de la crise du marché publicitaire mondial, avec des ventes en baisse de 12,9% à 431,8 millions d'euros sur un an.

A périmètre et taux de change constants, la baisse du chiffre d’affaires est de 12,1%, indique mercredi le groupe dans un communiqué. Sur les neuf premiers mois, les ventes reculent de 13,2% à 1,357 milliard d’euros contre 1,563 milliard un an auparavant.

Cette baisse "reflète les effets de la récession économique sur le marché publicitaire mondial", souligne Jean-François Decaux, président du directoire, cité dans le communiqué. Le groupe table désormais sur une baisse du chiffre d’affaires organique annuel "d’environ 12,5%" sur l'ensemble de 2009.

Il anticipe un taux de marge opérationnelle 2009 légèrement supérieur à celui qui a été atteint au premier semestre de l’année. Au premier semestre, la marge opérationnelle était de 18%, contre 26% un an plus tôt.

Les trois divisions du groupe ont vu leur chiffre d'affaires baisser: le mobilier urbain recule de 12,7%, la publicité dans les transports de 9,5% et l'affichage de 18%. La plupart des marchés européens ont enregistré une baisse à deux chiffres de leur chiffre d’affaires organique au troisième trimestre reflétant notamment des conditions de marché très difficiles au Royaume-Uni et, dans une moindre mesure, en France.

Plan d'économies

"Nous ne voyons pas encore de signes durables d’une reprise du marché publicitaire. L’activité est toujours volatile", estime M. Decaux. "Nous restons concentrés sur notre plan d’économie de coûts et sur une allocation sélective de nos investissements afin d’optimiser l’impact d’une amélioration des conditions économiques sur la marge opérationnelle et le cash flow disponible du groupe", ajoute-t-il.

Le marché publicitaire mondial, affecté par la crise économique, devrait chuter de 9,9% cette année, une baisse encore plus forte que prévu, pour se reprendre faiblement l'an prochain et se consolider en 2011, selon les dernières prévisions de l'agence ZenithOptimedia. Le groupe souhaite rester "concentré" sur son plan d’économie.

En France, JCDecaux, qui capte actuellement 11% de part de marché mondial sur son secteur, a gelé les embauches et les salaires de ses cadres et perdu 135 emplois sur 4.000 en un an, via des départs non-remplacés. Le groupe a toutefois créé en trois ans 500 emplois autour du système parisien de vélos en libre-service Vélib'. En Espagne et au Royaume-Uni, il a dû se séparer de 10% de ses effectifs.

Le groupe compte également sur des acquisitions pour relancer sa croissance. JCDecaux a ainsi porté mi-septembre sa participation chez son partenaire allemand Wall de 40% à 90,1%.