France Télécom: un plan avant la fin de l'année

E.M. avec AFP

— 

Tous les chantiers de négociation en cours à France Télécom aboutiront avant la fin de l'année, a indiqué le nouveau numéro deux de l'opérateur télécom, Stéphane Richard, jeudi à Marseille, où un salarié du groupe avait tenté mardi de se suicider.

"On peut penser qu'avant la fin de l'année on aura à peu près les éléments pour préciser les contours du projet que l'on veut mener", a déclaré M. Richard lors d'une conférence de presse.

Il a précisé qu'il y aurait "un gros point d'étape le 15 novembre" concernant les assises de la refondation interne et que la négociation sur le stress devrait aboutir début décembre.

Questionnaire

Le questionnaire réalisé par le cabinet externe Technologia, chargé d'un audit sur l'impact de l'organisation du travail sur la santé des employés, sera envoyé aux 100.000 salariés du groupe à partir de lundi, a-t-il ajouté.

M. Richard avait auparavant rencontré les organisations syndicales et la centaine de salariés du site marseillais où travaille le quinquagénaire qui a tenté mardi soir de mettre fin à ses jours.

"Il a dit qu'il était là pour écouter nos revendications", a déclaré à l'AFP Denis Capdevielle, délégué CGT à Marseille, regrettant qu'"aucune décision concrète" n'ait été annoncée.

Communication

"Sa venue fait partie de la communication de France Télécom. Cela ne sert à rien mais il faut en passer par là", a-t-il ajouté.

Mercredi, après la découverte de la tentative de suicide, la direction régionale avait annoncé le gel d'un nouveau système de management plus contraignant, mis en place début septembre dans les services où cela se passait mal, et décidé de ne pas l'appliquer à ceux où il n'avait pas encore été mis en place, a ajouté M. Capdevielle. La possibilité d'aménager ses horaires, supprimée, a par ailleurs été rétablie.

"Cela va améliorer nos conditions de travail mais cela ne remet pas en cause la réorganisation et la restructuration permanentes qui sont juste gelées pour l'instant", a-t-il dit réclamant "que les chantiers au niveau national avancent et que des actes forts soient pris tout de suite pour adoucir" les conditions de travail.