280.000 logements en procédure de saisie aux Etats-Unis

— 

Les procédures de saisies de logements aux Etats-Unis sont reparties en hausse en octobre, augmentant de 5,1% par rapport au mois précédent, a indiqué jeudi le cabinet spécialisé RealtyTrac. Sur un an, ces procédures sont en hausse de 24,6%. Au total, 279.561 dossiers de saisies étaient ouverts en octobre, ajoute RealtyTrac, qui compile les notifications officielles de retard dans les remboursements, les annonces de ventes aux enchères et les saisies de logements par les banques créancières.

Le gouvernement américain, à travers l'Agence fédérale pour le financement du logement (FHFA), s'efforce avec le plan "Hope Now", de limiter la casse en permettant à certains ménages de retarder leur échéance de paiement et de restructurer leur emprunt auprès des banques.

Biais législatif

Le mois de septembre a été un bref repit pour les propriétaires. Les saisies avaient reculé de 12,5% en glissement mensuel, ce qui avait ramené leur progression sur un an à 21,0%. RealtyTrac a toutefois averti que, comme en septembre, les chiffres d'octobre étaient déformés par des changements législatifs dans certains Etats, qui ont temporairement ralenti le rythme auquel les créanciers lancent leurs procédures. "Même si l'intention derrière ces législations est louable, sans une approche plus intégrée qui inclue des modifications significatives des prêts, l'effet pourrait être de seulement retarder des saisies inévitables", a indiqué RealtyTrac dans son communiqué.

En Californie (ouest), c'est pour cette raison que le nombre de dossiers a continué à chuter (-18% en octobre par rapport au mois précédent, après -51% en septembre). Cet Etat, le plus peuplé des Etats-Unis, reste celui où le nombre de dossiers est le plus nombreux (56.954, soit 20% du total national).

Le Nevada (ouest) est l'Etat où les procédures sont les plus fréquentes, avec un ménage sur 74 remboursant un emprunt immobilier menacé d'expulsion. Parmi les 230 villes américaines étudiées, Las Vegas est celle où les procédures d'expulsion engagées sont les plus fréquentes, avec un ménage sur 62.