Inquiétude sur 2.100 milliards de dollars de dettes européennes

— 

Les entreprises et les banques européennes sont endettées collectivement à hauteur de 2.100 milliards de dollars (1.660 milliards d’euros) et ces dettes vont arriver à maturité dans les trois ans à venir, ce qui signifie qu’elles vont devoir rembourser les détenteurs d’obligations qu’elles avaient émises pour lever des fonds. Pour effectuer ce règlement, il leur faudra s‘endetter à nouveau. Or, depuis la faillite de la banque Lehman Brothers, les émissions obligataires sont quasiment gelées, ce qui fait dire à l’agence de notation du crédit Standard & Poors qu’il existe un danger réel. Si ces entreprises et ces banques ne peuvent pas trouver l’argent pour rembourser les emprunteurs, elles seront en défaut de paiement. S&P explique: "La difficulté à lever des fonds a progressé considérablement depuis septembre… Compte tenu du coût croissant du capital, le montant des dettes qui vont être dues en même temps annonce un risque substantiel de refinancement". Même si -S&P en convient- ces dettes sont de bonne qualité au regard des critères en vigueur avant la crise financière.

Danger en 2009

Avant la fin de 2008, environ 206 milliards de dollars de dette européenne parviendra à maturité, dont 181 milliards dans le secteur financier. Le plus gros danger est à attendre pour 2009 quand arriveront à maturité 801 milliards de dollars dont 576,8 milliards pour les institutions financières. L’Allemagne, en raison de la taille de son marché obligataire "couvert" (les obligations sont adossées à des actifs qui restent au bilan de l’emprunteur et sont donc tenues pour moins risquées), est tout particulièrement vulnérable puisqu’elle accueille 40% de ces dettes européennes. Les autres pays potentiellement touchés sont, dans l’ordre, la Suède, les Pays Bas, la France, l’Italie, l’Espagne et le Royaume Uni. En revanche, pour la dette du secteur non financier à maturité entre 2009 et 2011, c’est la France qui est la plus exposée, avec 26% du total.