Le FMI revoit à la hausse la croissance de la Chine

CV avec AFP

— 

Le Fonds monétaire international (FMI) a fortement revu à la hausse jeudi 1er octobre ses prévisions de croissance pour la Chine, qui devrait atteindre 8,5% cette année et tirer les économies régionales, estime-t-il. En fait,

le FMI a relevé ses prévisions de croissance de l'économie mondiale.

Dans ses dernières perspectives économiques semestrielles en avril, l'institution internationale avait estimé que le produit intérieur brut (PIB) de la Chine ne devrait pas augmenter de plus de 6,5%, un seuil bien inférieur aux 8% qui, selon des économistes, sont nécessaires pour garder le niveau d'emploi des dernières années.

Attention au crédit

Le FMI met cependant en garde contre l'augmentation fulgurante du crédit que la Chine a connue depuis le début de l'année, qui accompagne la mise en oeuvre de son plan de relance, jugeant qu'elle génère des bulles et des risques de hausse des créances douteuses.

"De récents indicateurs indiquent un renforcement de la croissance (en Asie) conduit par un rebond rapide en Chine, où la croissance s'est accélérée à 7,1% en taux annuel dans la première moitié de l'année", dit le FMI.

"La Chine et l'Inde vont conduire l'expansion cette année et vont croître à des taux de respectivement 8,5 et 5,4%, dopés par une large politique de relance qui accroît la demande intérieure", ajoute-t-il.

Relance

La Chine a annoncé en novembre un plan de relance de 4.000 milliards de yuans (400 milliards d'euros) sur deux ans, prévoyant des investissements massifs, notamment pour compenser par la consommation intérieure la chute de ses exportations liée à la crise économique.

La chute de la demande extérieure a notamment frappé de plein fouet son secteur manufacturier, représentant 40% de l'économie.

Avant cette crise internationale, l'économie chinoise avait enregistré une croissance à deux chiffres sans discontinuer de 2003 à 2007, puis sur les deux premiers trimestres de 2008. Au premier trimestre 2009, la Chine a connu son plus faible taux de croissance en 20 ans, de 6,1% sur un an, avant de repartir à 7,9% au deuxième trimestre.

Ce rebond s'est effectué sur fond d'assouplissement du contrôle monétaire, de faibles taux d'intérêt, et d'une explosion du crédit, pour 7.730 milliards de yuans (770 milliards d'euros) de nouveaux prêts sur les sept premiers mois de l'année, un record.

Sur-investissement

"Le maintien de la croissance du crédit à ce niveau risque de créer des incitations au sur-investissement, une inflation non soutenable et une aggravation de la qualité du crédit dans le système bancaire", souligne le FMI.

"La récente expansion monétaire doit donc être dénouée dès qu'il y aura des signes clairs que la reprise économique est établie". Mais, pour l'heure, le FMI s'attend à ce que les prix à la consommation restent négatifs cette année, et tombent de 0,1%, avant de repartir à +0,6% l'année prochaine.