"Baisse historique" du marché publicitaire

G. G. avec AFP

— 

Télévision, presse, et même Internet: tous ont été touchés par la "baisse historique" des recettes publicitaires nettes au premier semestre 2009, selon l'Institut de recherche et d'études publicitaires (Irep).

Sur les six premiers mois de l'année, les recettes publicitaires nettes (c'est-à-dire calculées après les négociations entre annonceurs, agences et médias) se sont élevées à 4,139 milliards d'euros, en baisse de 18,1%.

Sur l'ensemble de l'année 2008, les recettes avaient déjà reculé, mais seulement de 2,8%, à 10,34 milliards, a rappelé lors d'une conférence de presse Philippe Legendre, directeur délégué de l'Irep.

Aucun support publicitaire ne semble en effet échapper à la crise au premier semestre, qu'il s'agisse de la télévision (-19,4% à 1,467 milliard), de la publicité extérieure (-14,7% à 554 millions), de la radio (-14,7% à 268 millions) ou du cinéma (-24,2% à 25 millions).

Internet souffre

Même internet souffre, affichant une baisse de ses recettes pour la première fois (-7% à 242 millions). Une tendance à relativiser car les chiffres n'incluent pas les liens sponsorisés, vrai moteur de croissance de ce support. Dans la presse, seule les journaux d'information tirent leur épingle du jeu, avec des recettes en hausse de 3%.

Philippe Legendre a toutefois estimé qu'il s'agissait d'une "baisse conjoncturelle", rappelant la "très forte corrélation entre la croissance économique et le marché publicitaire". Si la croissance repart en 2010, cela "laisse augurer d'une légère reprise du marché publicitaire".

D'ailleurs, les recettes publicitaires ont rebondi en septembre, d'après Yacast.