Atteinte à la laïcité?

G. G. avec AFP

— 

"Il ne faut introduire (en droit français) ni les principes de la charia, ni l'éthique du Coran, ni le droit canon, pas plus que le Talmud ou la Torah. C'est inacceptable". Le député PS Hervé Emmanuelli a fortement protesté, le 17 septembre dernier dans l'hémicycle, contre l'introduction en droit français des "sukuks", des obligations conformes aux principes de la finance islamique.

Sur la question de la laïcité, cet article de loi, introduit dans le texte sur le financement des PME, respecte le principe de la laïcité, selon l'auteure de la proposition de loi, Chantal Brunel (UMP). "On reste dans notre droit et on permet en même temps à des investisseurs du Moyen Orient de venir sur la place de Paris", a expliqué le ministre à l'Industrie, Christian Estrosi.

Il s'agit d'attirer en France des investissements du Proche et du Moyen Orient qui représentent "un potentiel de 500 à 700 milliards de dollars au niveau mondial", selon lui.