Le commerce en ligne entre particuliers se porte bien

E.M. avec AFP

— 

Le commerce entre particuliers peut dire merci à la crise. Grâce à la situation économique de ces derniers mois, l'échange de biens entre internautes français a continué de progresser en 2009. 60% d'entre eux ont acheté ou vendu au moins un objet entre particuliers sur le web au cours de l'année, contre 56% en 2008, selon un baromètre "C to C" (commerce entre particuliers) PriceMinister/La Poste réalisé par l'institut OpinionWay.

Sil' on prend également en compte les vide-greniers, 77% des personnes interrogées ont échangé des objets entre particuliers depuis un an.

"Cette hausse s'explique d'abord par les contraintes de la crise et le besoin de revenus complémentaires", a déclaré Hugues Cazenave, président d'Opinion Way, lors d'une conférence de presse.

Les livres et les jeux vidéos

En ce qui concerne l'achat, la part du commerce entre particuliers sur internet a passé un cap symbolique: il s'établit désormais à 51% contre 49% en 2008.

Les livres sont les grands gagnants de ces échanges de biens sur la Toile. Un internaute sur cinq (21%) déclare en avoir acheté un, 14% y ont acquis des vêtements et 13% des jeux vidéo. Du côté des ventes, les livres concernent également 12% des produits, suivis des DVD et VHS (8%) et des vêtements (8% également).

"La progression des livres et des jeux video correspond à des dépenses loisirs plus modestes en période de crise", a estimé Pierre Kosciusko-Morizet, président du site de e-commerce PriceMinister.

Recycler et faire des économies

Avant même le prix, la première raison évoquée par 49% des personnes interrogées pour vendre ou acheter sur le web est que "cela réduit le gaspillage, cela évite de jeter, c'est comme du recyclage".

41% considèrent ensuite que ce mode de consommation "revient moins cher à l'achat" et 36% que c'est un moyen de dénicher des articles rares ou épuisés. Près d'un tiers (30%) y voient en dernier lieu la possibilité d'augmenter leurs revenus.

Les freins du e-commerce

Même si le e-commerce se développe, les freins restent nombreux. La peur de ne pas être payé (71%), de devoir régler des frais de mise en vente (59%) ou une commission aux sites internet (55%) restent les principaux arguments qui limitent le commerce en ligne entre particuliers.

Un quart des personnes interrogées estime que "c'est compliqué de faire un colis et de l'expédier", et 11% mettent en cause la qualité de l'acheminement, contre 17% un an plus tôt. "95% des colis sont livrés dans les délais", a pourtant assuré Nicolas Routier, délégué général délégué de La Poste. "On a des efforts à faire pour développer l'affranchissement en ligne", encore balbutiant et réclamé par 46% des personnes interrogées, a-t-il ajouté.