Économie

L'UE veut une baisse des déficits dès 2013

En ce qui concerne la baisse des déficits, le gouvernement et la Commission européenne ont du mal à se mettre d'accord. Cette dernière va en effet demander mercredi à la France de ramener dès 2013 son déficit public sous la limite autorisée dans l'UE de 3% du PIB. Soit un an plus tôt que prévu par Paris, ont indiqué lundi des sources européennes.

Cette date ne devrait pas satisfaire les pouvoirs publics qui espéraient pouvoir attendre un an de plus. Le premier ministre François Fillon a indiqué la semaine dernière qu'il prévoyait de ramener le déficit budgétaire "en dessous" de 3% "à l'horizon 2014" seulement.

"La France n'est pas d'accord" avec la recommandation prévue par la Commission, a indiqué clairement une des sources européennes.

Six mois après le lancement, en avril, d'une procédure pour déficit excessif contre la France, en raison du dérapage important de ses finances publiques provoqué par la crise économique, la Commission a analysé si ce pays, ainsi que quatre autres, avaient pris des mesures efficaces pour corriger le tir dans les délais impartis jusqu'ici.

Elle avait accordé au printemps jusqu'en 2012 à Paris pour que son déficit repasse sous les 3% du PIB.

Le gendarme budgétaire de l'UE a cette fois-ci décidé de "prolonger d'un an" le délai donné à à la France, ainsi qu'à l'Espagne, à l'Irlande et au Royaume-Uni, en raison de "la détérioration de la situation économique", a indiqué à l'AFP une autre source européenne. Hors de question d'attendre plus longtemps cependant pour la Commission même si la perspective de ramener le déficit en-dessous des 3% du PIB en 2014

paraissait déjà très optimiste.