La récession réduit les émissions de CO2

T.V avec AFP

— 

Les émissions mondiales de CO2, une des principales causes du réchauffement climatique, pourraient chuter de 3% en 2009 en raison de la crise économique, selon une étude rendue publique mardi à Bangkok par l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Cette baisse serait la plus forte jamais enregistrée depuis 40 ans, a précisé l'économiste en chef de l'AIE, Fatih Birol, au cours d'une conférence de presse, rappelant que l'évolution des émissions mondiales était jusqu'ici de +3% par an en moyenne.

La chute des émissions attendue en 2009 en raison de la crise signifie concrètement "qu'il est moins difficile d'atteindre l'objectif de 450 ppm cette année que cela ne l'était l'année dernière", a expliqué M. Birol. Selon l'AIE, les trois quarts de cette diminution attendue sont liés à la crise économique et un quart est lié aux mesures mises en place par les gouvernements pour lutter contre le changement climatique.

Selon lui, cette inversion de tendance représente une "fenêtre de tir unique" pour se mettre sur une trajectoire qui permettrait de limiter le réchauffement de la planète à deux degrés, sous réserve de mise en place très rapide des politiques adéquates.

L'énergie, qui représente les deux tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, "est au coeur du problème et doit donc être au coeur de la solution", souligne l'AIE. L'organisation a présenté un scénario qui permettrait de limiter la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère à 450 ppm (parties par million), ce qui permettrait, selon les scientifiques, de limiter la hausse de la température mondiale à + 2 degrés.

"Sans essayer de prescrire une issue idéale aux négociations, il reflète un ensemble d'engagements et de politiques plausibles qui pourraient émerger", explique le texte.

Des délégués de plus de 180 pays sont réunis depuis dix jours à Bangkok en vue de préparer la voie à un accord mondial en décembre à Copenhage.