Les entreprises américaines divisées sur le climat

E.M. avec AFP

— 

Et de quatre. Après Pacific Gasand Electricity, PNM Resources et Exelon, Apple vient de claquer la porte de la Chambre de commerce américaine. La marque à la pomme s'oppose aux critiques de la puissante organisation patronale sur le plan Obama pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis.

Dans une brève lettre publiée dans la presse, datée du 5 octobre et adressée au président de la chambre de Commerce, Catherine Novelli, directrice générale d'Apple, explique que le fabricant d'ordinateurs "est en faveur d'une réglementation des émissions de gaz à effet de serre et qu'il est frustrant de constater une opposition de la Chambre à cet effort".

"En conséquence, poursuit-elle, nous avons décidé de ne plus être membre avec effet immédiat".

Le président de la Chambre, Thomas Donohue, a déploré mardi soir dans un courrier au PDG de Apple, Steve Jobs, cette décision. "Il est regrettable que votre société n'ait pas pris le temps de comprendre la position de la Chambre de commerce sur le climat", écrit-il dans cette lettre rendue publique.

Soutenir une telle loi

Thomas Donohue affirme que "la Chambre continue à soutenir une loi fédérale musclée et un accord international contraignant pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et répondre au changement climatique".

Mais "alors que nous soutenons une telle loi nous sommes opposés au projet de texte Waxman-Markey (adopté par la Chambre des représentants) dont nombre d'études montrent qu'elle coûterait des emplois américains et transférerait les émissions de gaz à effet de serre dans d'autres pays", ajoute-t-il en référence aux grandes économies émergentes dont la Chine et l'Inde refusent de s'engager sur des objectifs chiffrés de réduction de leurs émissions carboniques.

Englober tous les grands émetteurs

Répétant des arguments énoncés dans un communiqué publié la semaine passée, Thomas Donohue estime que pour être efficace "toute réponse au changement climatique doit englober tous les grands émetteurs de CO2 dans le monde, promouvoir de nouvelles technologies, mettre l'accent sur l'efficacité énergétique et garantir une énergie à des coûts abordables pour les ménages et les entreprises".

Et les dissenssions entre entreprises américaines sur le plan climat devraient continuer: Nike a de son côté démissionné de ses responsabilités au conseil d'administration de la Chambre.