1 milliard d'euros d'économies à la Sécu grâce aux médicaments génériques

Elsa Meyer avec AFP

— 

Les médicaments génériques s'imposent peu à peu dans nos armoires à pharmacie et ont permis à la Sécu d'économiser plus d'un milliard d'euros en 2009, a indiqué mardi 15 décembre l'assurance maladie.

23% des médicaments remboursés

Copies de médicaments dont les brevets ont expiré et sont tombés dans le domaine public, les génériques ont ainsi généré 1,01 milliard d'euros d'économies pour la Sécu cette année, contre 905 millions l'année précédente.

"Ces résultats sont liés à la forte implication des pharmaciens dont la mobilisation ne se dément pas depuis 2006", a souligné la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), dans un document présenté à la presse.

Au total, le marché des génériques "représente aujourd'hui plus de 23% des boîtes de médicaments remboursées" par la Sécu. Et lorsque des génériques existent depuis plus de 18 mois, ils sont privilégiés dans 82,5% des cas au produit de marque correspondant en 2009.

Différences géographiques

Ce "taux de pénétration" est toutefois plus bas (autour de 77%) quand on prend en compte les génériques les plus récents sur le marché. Mais l'ensemble de l'hexagone n'affiche pas les mêmes scores: plusieurs départements présentent des taux inférieurs à la moyenne.

Pour améliorer ces chiffres, l'assurance maladie a signé mardi 15 décembre un accord avec des syndicats de pharmaciens de certaines zones géographiques, avec un objectif de "taux de pénétration" de 80%.

Par ailleurs, un "effort ciblé" leur a été demandé sur les molécules récemment transformées en générique, comme le valaciclovir (antiviral), le losartan (anti-hypertenseur) ou encore la venlafaxine (antidépresseur).

La Sécu évalue en effet "le potentiel d'économies" à plus de 300 millions d'euros en 2010 sur ces nouveaux médicaments. Des chiffres non négligeables face à un déficit de la sécurité sociale qui devrait atteindre 30 milliards d'euros l'année prochaine.