Budget de la Sécu: "une timidité raisonnable" pour Méhaignerie

Propos recueillis par Elsa Meyer

— 

E.24: Pensez-vous, comme le député UMP Yves Bur, que

le gouvernement "fait la fine bouche"
pour s'attaquer au déficit de la sécurité sociale?

Pierre Méhaignerie: Depuis août dernier, je soutiens qu'il faut donner la priorité à la reprise dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2010. Sur les

niches sociales
, à part quelques unes qui restent excessives, il ne faut pas engager de débat cette année, ce n'est pas le moment. Ces discussions auront lieu au premier semestre 2010, il y a suffisamment de dossiers compliqués pour l'instant.

Le gouvernement fait preuve d'une timidité raisonnable pour le PLFSS 2010 mais nous ne devons pas repousser la lutte contre le déficit après 2012.

Quelles mesures seront alors privilégiées selon vous?

Il faudra une remise à plat globale de notre système fiscal qui devra être comparé à ceux de nos voisins européens, notamment l'Allemagne. Beaucoup de nos citoyens pensent que nos prélèvements obligatoires sont plus élevés qu'ailleurs en Europe. Ces quatre points de plus correspondent à quatre points de prestations supplémentaires par rapport aux autres Etats: le logement, la santé, l'UNEDIC et la politique familiale. En revanche notre impôt sur le revenu est inférieur à celui des autres pays européens.

La crise appelle à une réforme en profondeur de notre fiscalité mais pour cela il faut de la pédagogie.

Cette réforme du système fiscal passera-t-elle par une augmentation des prélèvements, comme le propose d'autres parlementaires?

Il n'y aura certainement pas d'augmentation des taux mais probablement une lutte contre les niches et les déductions fiscales accumulées.

Nous avons un plafond d'imposition qui est justifié mais il nous faut aussi un plancher pour les deux tranches de revenus les plus élevées. Avec l'ensemble des niches existantes, certaines gros revenus payent des impôts minimes: il faut changer cela.

Diminuer le plafond global des niches de 25.000 à 20.000 euros peut être une solution mais il faut aussi réfléchir à l'efficacité des dépenses sociales, il y a des économies à faire dessus.

Vous vous êtes abstenu lors du vote du volet recettes du budget mardi 27 octobre dernier. Pour quelles raisons?

Je ne me suis pas abstenu, il y a eu une erreur technique lors de mon vote. Pour le budget de l'Etat, je suis sur la même position que pour celui de la Sécu: ce n'est pas le moment de s'attaquer en profondeur au déficit mais on ne pourra pas le prolonger après 2012.