L'Autorité de la concurrence critique des frais bancaires opaques

E.M. avec AFP

— 

Le président de l'Autorité de la concurrence, Bruno Lasserre, a dénoncé lundi l'opacité des tarifs bancaires: la transparence des prix "ne fonctionne pas bien", a-t-il estimé.

"Nous avons le sentiment que le signal de prix (l'affichage des prix pour donner le choix aux consommateurs, ndlr) ne fonctionne pas bien dans le secteur bancaire", a déclaré Bruno Lasserre lors de ses vœux.

Parmi les raisons de ce dysfonctionnement, figure, selon lui, le fait que "les tarifs sont trop opaques". Il a également évoqué des "barrières à l'entrée" qu'il estime "trop fortes".

Un rapport publié fin septembre par la Commission européenne avait déjà dénoncé le manque de transparence des tarifs bancaires français. La France arrivait à la troisième place des pays les plus chers d'Europe selon cette étude.

La Fédération bancaire française (FBF) avait contesté les résultats de cette enquête, estimant qu'il n'était pas possible d'apprécier leur fiabilité.

Cartel bancaire sur les chèques

Bruno Lasserre a par ailleurs indiqué que l'Autorité rendrait cette année sa décision concernant une enquête, entamée en 2007, au sujet d'une possible entente sur la tarification du traitement des chèques.

Une source proche du dossier avait, à l'époque, précisé que des investigations menées depuis 2003 auraient conclu à l'existence d'un cartel bancaire dans ce domaine.

Le Conseil de la concurrence (devenu depuis l'Autorité de la concurrence) aurait été alerté par des entreprises qui avaient découvert que toutes les banques françaises facturaient à leurs clients le même barème de 4 centimes par chèque traité.